Incidents RC Lens-Losc : Roxana Maracineanu exhorte à « aller vers des sanctions plus individuelles »

FOOTBALL La ministre chargée des sports veut en finir avec la systématisation des punitions collectives et appelle « à nouer un dialogue plus fort » entre les clubs de football et les associations de supporters

A.L.G. avec AFP
— 
Des tensions ont éclaté à la mi-temps du derby
Des tensions ont éclaté à la mi-temps du derby — AFP

Invitée mardi à s’exprimer sur BFMTV au sujet des graves incidents qui ont émaillé le derby Lens-Lille​, la ministre chargée des Sports, Roxana Maracineanu a indiqué vouloir recourir à des « sanctions individuelles » contre les supporters de football en cas d’incidents, incitant les clubs à se séparer des « aficionados » avec qui ils n’ont pas voulu « se fâcher jusqu’à présent ».

« La Ligue a réagi rapidement et sévèrement et c’est ce qu’il faut faire », a-t-elle dit, interrogée sur la sanction conservatoire prononcée lundi par la commission de discipline de la LFP d’un huis clos à Lens pendant au moins deux matchs, en attendant l’enquête sur les « graves débordements » de samedi entre supporters lensois et lillois. Elle a exhorté « à nouer un dialogue plus fort » entre les clubs de football et les associations de supporters, prônant d'« aller vers des sanctions plus individuelles ».

En finir avec la systématisation des sanctions collectives

« Il ne faut pas punir tout un stade, tout un groupe de supporters, parce qu’il y a des débordements qui concernent quelques personnes dans un stade », a-t-elle lancé. « Il faut aussi que les clubs osent se séparer de certains "aficionados" qui apportent un certain nombre d’abonnés et de supporters, avec lesquels, historiquement, les clubs n’ont pas voulu se fâcher », a-t-elle affirmé.

« L’attirail des sanctions existe et il n’est pas suffisamment activé, j’en parlerai prochainement avec mes collègues de l’Intérieur et de la Justice, encore faut-il qu’il y ait des plaintes qui soient déposées », a-t-elle encore ajouté. « Il faut qu’on réfléchisse ensemble avec les clubs, c’est leur devoir d’assurer la sécurité avec leurs stadiers, la formation des stadiers, qui ont peut-être perdu l’habitude d’être là (…) », a-t-elle poursuivi.

« Depuis le début de la saison, on a déploré quatre matchs avec de tels incidents », a-t-elle regretté, ce qui « gâche les émotions et la passion que les supporters étaient contents de retrouver dans les stades », rappelant au passage que l’Etat avait bien aidé les clubs financièrement pendant la crise notamment pour compenser les pertes de recettes de billetterie.