Affaire Djokovic : « Notre corps, c’est notre outil de travail… » Pierre-Hugues Herbert explique ses réticences face au vaccin

TENNIS Pierre-Hugues Herbert est revenu sur le cas Djokovic et son hésitation à l'idée de se faire vacciner contre le Covid-19

W.P.
— 
Pierre-Hugues Herbert
Pierre-Hugues Herbert — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

Depuis le début de l’affaire Djokovic, bloqué en  Australie en attendant l’audience (télévisée) de lundi, il est celui que tout le monde regarde en France. Egalement non vacciné, Pierre-Hugues Herbert est revenu dans un entretien accordé à L'Equipe sur sa position et celle du numéro 1 mondial, invoquant notamment un rapport au corps poussé à l’extrême.

« Quand on est sportif, notre corps c’est notre outil de travail. On prend des décisions au quotidien pour être le plus performant. On a vu des sportifs avec des réactions un peu bizarres à la suite du vaccin », a déclaré P2H, qui fait sans doute référence aux difficultés rencontrées par Jérémy Chardy après s’être fait vacciner.

Herbert positif au Covid

« Est-ce qu’on le droit de se laisser le temps, s’interroge le Français, qui s’est retiré des prochains Challengers où il était engagé après un test positif au Covid-19​. De se poser encore des questions ? De ne pas vouloir qu’on nous force la main ? De continuer à pouvoir travailler ? Apparemment pas trop. Et Novak a encore un rapport au corps encore plus fin que moi. C’est quelqu’un qui a fait de son corps une arme de guerre. On le voit par sa souplesse, entre autres. Tout est calculé dans tout ce qu’il mange. C’est un style de vie. On en a discuté au Masters ensemble. »