Ski alpin : « A moi de construire là-dessus », Pinturault échoue à une place du bonheur sur le Géant de Val d'Isère

GEANT Le Français a terminé deuxième derrière Odermatt, le grand monsieur de ce début de saison

Julien Laloye
— 
Pinturault tout près du bonheur à Val d'Isère.
Pinturault tout près du bonheur à Val d'Isère. — Jeff PACHOUD / AFP

Alexis Pinturault, tenant du titre du classement général, a été dominé par le Suisse Marco Odermatt à l’issue d’un magnifique duel sur le géant de Coupe du monde de ski alpin de Val d’Isère samedi. Pour son premier podium de l’hiver, Pinturault a terminé à 59/100 du Suisse, qui signe déjà une 3e victoire cette saison. L’Autrichien Manuel Feller termine 3e à 1 sec 24.

Fumigène bleu, explosion du public, le poing droit levé de bonheur, l’arrivée triomphale d’Alexis Pinturault à l’issue d’une belle 2e manche a eu des airs de succès. Meilleur temps de la première manche devant « Pintu », Marco Odermatt allait devoir se surpasser pour devancer le Français. Une minute, 5 secondes et 17 centièmes plus tard, le Suisse a écrasé la course et climatisé la foule.


Pinturault rentre dans une période « importante pour lui »

C’est bien Odermatt le maître de la neige en ce début de saison, alors que les flocons se sont remis à tomber sur la station savoyarde au moment même où le meilleur skieur actuel a franchi la ligne. Dans une pente vertigineuse et sur une piste rendue très exigeante par les importantes chutes de neige de la veille, Odermatt a réalisé une nouvelle démonstration de force et signé une 3e victoire après le géant d’ouverture de Sölden (Autriche) fin octobre et le super-G de Beaver Creek (Etats-Unis) la semaine dernière.

« C’est mon premier podium de la saison. Ça donne une forme de confiance, ça me donne des réponses, mon ski est présent, je suis à la bagarre pour le podium et les victoires, à moi de construire là-dessus, a réagi le Français, pas plus déçu que cela. Je rentre dans une période avec plus de courses techniques (géant et slalom), il faut avoir un ski plus affûté, c’est là que les choses deviennent importantes pour moi. Marco (Odermatt) est très très fort, il gagne beaucoup, je vais essayer de hausser mon niveau, de m’améliorer encore. C’est un athlète que j’aime bien. On s’entend comme des copains, je ne dirais pas amis, mais on aime bien se charrier. »