Départ « très douloureux » du Barça et arrivée au PSG… Lionel Messi revient sur son été de folie

FOOTBALL L’Argentin se livre ce samedi dans « France Football »

N.S.
— 
Lionel Messi, le 3 octobre 2021 à Rennes.
Lionel Messi, le 3 octobre 2021 à Rennes. — Loïc Venance / AFP

L’entretien est long et plutôt intéressant, quand on pense à la réputation de taiseux que se traîne Lionel Messi. Ce samedi dans France Football, l’idole argentine revient sur son été de folie, entre la victoire en Copa América et son incroyable transfert au PSG. On s’en doutait, mais la « Pulga » n’avait pas de posters de Bernard Lama ou de Vincent Guérin dans sa chambre d’enfant à Rosario.

S’il a quitté sa seconde maison barcelonaise, où il avait débarqué à l’âge de 13 ans, ce n’était pas son choix initial, confirme-t-il : « ç’a été très douloureux pour moi de quitter Barcelone après toutes ces années. Je m’étais mis en tête, et ma famille aussi, que j’allais finir ma carrière à Barcelone. »

Seulement, comme le rappelaient les Neg’Marrons, c’est la monnaie qui dirige le monde. « J’avais dans l’idée de signer mon contrat et de reprendre l’entraînement dans la foulée. Je pensais que tout était réglé et qu’il ne manquait plus que mon paraphe. Mais, quand je suis arrivé à Barcelone, on m’a dit que ce n’était plus possible, que je ne pouvais pas rester et que je devais me trouver un autre club, car le Barça n’avait pas les moyens de me prolonger. »

Contacté par « plusieurs clubs »

Toujours selon le sextuple Ballon d’Or, candidat à une septième récompense individuelle, « plusieurs clubs » se sont alors manifestés « et l’un d’entre eux était le Paris Saint-Germain ». Supporteurs parisiens, rassurez-vous. Malgré cette peine de cœur, Messi est « très heureux d’être ici aujourd’hui » et son entourage aussi. « On était très motivés, on avait vraiment envie de venir. Le PSG a une équipe fantastique, qui peut aspirer à gagner plein de titres, ce qui est mon objectif pour les années à venir. »

Motivé par la présence de ses amis Neymar, Paredes et Di Maria, ainsi que par la présence de son compatriote Pochettino aux commandes, la star universelle du foot sait toutefois que l’addition de talents ne suffira pas à asseoir sa domination sur l’Europe. « On a de grandes individualités, mais on doit encore apprendre à bien se connaître pour former une équipe. » Cela évitera peut-être de tomber dans certains pièges, comme celui tendu le week-end dernier par le Rennes de Genesio.