OM – Galatasaray : Jorge Sampaoli « souhaite des sanctions exemplaires » après les violences en Ligue Europa

FOOTBALL Jorge Sampaoli est revenu sur les incidents qui ont éclaté en tribune jeudi soir lors du match de Ligue Europa entre l’Olympique de Marseille et Galatasaray (0-0)

Adrien Max
— 
Les incidents en tribune entre supporters turcs et marseillais.
Les incidents en tribune entre supporters turcs et marseillais. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • Le match entre l’Olympique de Marseille et Galatasaray (0-0) a été interrompu une dizaine de minutes face aux débordements des supporters turcs.
  • D’autres incidents ont éclaté à la fin du match.

Au lendemain des incidents qui ont marqué la rencontre de Ligue Europa entre l'Olympique de Marseille et Galatasaray, l’entraîneur marseillais Jorge Sampaoli a estimé que le match aurait dû être définitivement arrêté. « Le match aurait dû être arrêté, si on continue le match avec cette violence, on montre qu’elle fait partie du jeu. Est-ce qu’on veut s’habituer à ça », a-t-il questionné en conférence de presse avant le match de Ligue 1 contre Lille dimanche (17 heures).

« On se demande surtout pourquoi autant de personnes viennent d’aussi loin pour venir provoquer ce genre d’incidents. Il préfère venir créer leur propre spectacle plutôt que d’admirer celui sur le terrain. Je souhaite des sanctions exemplaires contre ces violences, sinon elles deviennent naturelles. Est-ce qu’on va permettre aux familles de revenir au stade sereinement ? Parce que là on ne parle pas de bouteilles d’eau, mais de bombes. […] C’est une honte ce qu’il s’est passé », a estimé Gorge Sampaoli.

Cinq interpellations

Pour Amine Harit, « quand on est sur le terrain, on ne calcule pas vraiment. Après le match a été arrêté pendant de longues minutes donc forcément on y a prêté attention. On préférerait que ça se passe bien pour pouvoir jouer devant nos supporters, sinon c’est pénalisant pour eux comme pour nous, de jouer à huis clos ».

Notre dossier sur l'OM

Après les incidents à Nice, le match se rejouera le 27 octobre à Troyes, puis à Angers, ce sont surtout les supporters turcs qui ont débordé jeudi soir. Cinq personnes ont été interpellées, trois supporters turcs et deux Marseillais, pour détention et usage d’engins pyrotechniques, et quatre policiers ont été blessés.