Pourquoi le Losc ne revendique que quatre titres de champion de France et non cinq ?

FOOTBALL Une petite exposition sur les origines du Losc se tient à Lambersart, commune limitrophe de Lille, jusqu’à début novembre

Gilles Durand
— 
L'exposition «Lambersart, berceau du Losc» retrace les origines du club  de foot lillois.
L'exposition «Lambersart, berceau du Losc» retrace les origines du club de foot lillois. — G. Durand / 20 Minutes
  • L’exposition Lambersart, berceau du Losc se tient jusqu’au 7 novembre, au Colysée de Lambersart, près de Lille. Elle revient sur les origines du Losc.
  • On y apprend notamment que la ville voisine de Lambersart a joué un rôle prépondérant dans la naissance du club lillois.
  • On comprend aussi pourquoi le Losc refuse de comptabiliser le titre de champion de France conquis en 1933.

L’histoire réserve bien des surprises. En football, aussi. Une petite exposition qui se tient jusqu’au 7 novembre, au Colysée de Lambersart, près de Lille, revient sur les origines du Losc, le club de football champion de France en titre. On y apprend notamment que la ville voisine de Lambersart a joué un rôle prépondérant dans sa naissance. L’expo Lambersart, berceau du Losc retrace ainsi les premiers matchs des pionniers à la fin du XIXe siècle.

On comprend que le Losc ne s’est pas fait en un jour et cette histoire explique pourquoi le club ne revendique que quatre titres de champion de France (1946, 1954, 2011 et 2021) alors que Lille en a, en réalité, obtenu cinq. « Je voulais surtout montrer comment la ville voisine de Lambersart a joué un rôle primordial dans la construction du club lillois », raconte Patrick Robert, historien du football et concepteur de l’exposition.

De fusions en scissions

Et tout a commencé dans le quartier Vauban de Lille. « Toutes les universités sont dans le quartier, explique Patrick Robert. Les premiers joueurs sont des étudiants de bonne famille et les liens géographiques avec Lambersart, qui se situe juste à côté de ce quartier, sont donc naturels. »

De fait, les premières fusions, puis scissions entre clubs lillois et lambersartois se succèdent entre 1898 et 1944, date de la création officielle du Losc. Ironie du sort, c’est la fusion des deux grosses équipes rivales et voisines, l’Olympique Lillois et le SC Fives, qui va donner naissance au grand club de Lille.

« Il a quand même fallu s’y prendre à deux fois, précise Patrick Robert. Le club s’est d’abord appelé le Stade Lillois en septembre 1944. Puis deux mois plus tard, le nom a changé car il ne représentait pas assez les anciens clubs. » Le Losc venait de naître. Et avec lui, une remise à zéro du palmarès.

Quatre, cinq voire sept titres pour Lille

Si le SC Fives n’avait rien gagné nationalement, l’Olympique Lillois avait, en revanche, remporté la première édition du championnat de France professionnel en 1933. « Mais les dirigeants du Losc ont toujours refusé de comptabiliser ce titre de 1933. Lille avait aussi été deux fois championne de France amateur avant l’avènement du professionnalisme. On peut donc dire que la ville compte sept titres nationaux », note Patrick Robert.

L’exposition donne donc la part belle aux premières années de gloire, lors de l’après-guerre, notamment à travers Jean Baratte. « Il est né et a joué à Lambersart avant de rejoindre le Losc avec lequel il remporte deux titres de champion de France et quatre coupes de France », poursuit Patrick Robert. Son histoire permet aussi de comprendre les multiples vies du club lillois.