Cyclisme : Jan Ullrich remercie Lance Armstrong, qui lui a tendu la main quand il était « sur le même chemin que Pantani »

CYCLISME L'Allemand, au plus bas depuis la fin de sa carrière professionnel, a reçu l'aide de son ancien rival

W.P.
— 
Jan Ullrich et Lance Armstrong
Jan Ullrich et Lance Armstrong — John Pierce Owner PhotoSport Int/REX/Shutterstock/SIPA

Qui aurait pu croire, du temps de leurs joutes à vélo, épiques à défaut d’être éthiques, que Jan Ullrich et Lance Armstrong deviendraient quasiment les meilleurs potes du monde ? Pas nous, en tout cas. Mais les épreuves de la vie, surtout celle de l’Allemand, ont fini par réunir les deux anciens rivaux.

Au plus bas depuis une fin de carrière précipitée par les affaires de dopage dans lesquelles son nom est apparu, le vainqueur du Tour de France​ 1997 était devenu un habitué de la rubrique faits divers (pour baston avec un voisin à Majorque et agression d’une escort, entre autres faits d’armes). Aujourd’hui, les choses vont mieux pour le leader de feu Bianchi et la T-Mobile, et il le doit en partie à Armstrong, comme il l’a déclaré au micro de The Move, le podcast de l’Américain déchu.

Un sacré come-back

« Il y a trois ans j’ai eu des gros problèmes. Tu es venu me voir. J’étais content que tu viennes. J’étais sur le même chemin que Marco Pantani, presque mort. Toi et d’autres amis m’ont ramené à la vie. Désormais, je m’entraîne tous les jours, je bois de l’eau, j’ai arrêté l’alcool et la drogue il y a trois ans. J’ai une vie très saine. Ma copine me fait des plats diététiques. »

Jan Ullrich avait notamment reçu la visite de son meilleur ennemi quand il se trouvait en hôpital psychiatrique. Ce dernier a tâché de rendre hommage à la résurrection de son pote. « Quand je le vois ici maintenant et que je le compare à l’homme d’il y a trois ans : c’est l’un des plus grands retours au monde ».