Stade Rennais-Clermont : « Il ne faut pas tomber dans le catastrophisme », estime Genesio

FOOTBALL Les Rennais sont 16e après avoir concédé trois défaites consécutives à Angers, face à Reims et à Marseille

Camille Allain
— 
Après un bon début de saison, Baptiste Santamaria et Kamaldeen Sulemana semblent marquer le pas. Et c'est tout le Stade Rennais qui peine.
Après un bon début de saison, Baptiste Santamaria et Kamaldeen Sulemana semblent marquer le pas. Et c'est tout le Stade Rennais qui peine. — Mathieu Pattier/SIPA
  • Le Stade Rennais reçoit le Clermont Foot ce mercredi à 19 heures pour le compte de la 7e journée de Ligue 1.
  • En six matchs, les Bretons ont pris cinq points et seulement marqué trois buts, pire bilan de l’élite.
  • Leur entraîneur Bruno Genesio ne veut pas « tomber dans la sinistrose » et promet une réaction.

Deux énormes boulettes à Angers, un non-match face à Reims et une gifle à Marseille. Les trois dernières rencontres du Stade Rennais en Ligue 1 n’ont pas vraiment ravi ses supporters. Si l’on enlève les prestations face à Tottenham ou Rosenborg en Ligue Europa Conférence, le bilan de la saison est même famélique. Avec cinq points en six matchs et seulement trois buts marqués, l’équipe de Bruno Genesio est clairement hors du coup. Et surtout loin de ses ambitions affichées par un mercato à 80 millions d’euros. Ce mercredi à 19 heures, les Bretons reçoivent le promu Clermont pour espérer se relancer.

La statistique est parlante. Depuis son retour dans l’élite en 1994, le Stade Rennais a toujours gagné à domicile face aux équipes qui découvraient tout juste la première division. Soit douze victoires en douze matchs, comme le relève Rouge Mémoire. Vont-ils confirmer la stat’ce mercredi ? « En tout cas, ce match va nous permettre de vite nous relancer. On a la chance d’enchaîner pour se remettre la tête à l’endroit », estime Gaëtan Laborde. L’ancien attaquant de Montpellier n’a pas encore marqué en Ligue 1 avec Rennes. Mais il n’est pas le seul fautif. Pour l’heure, seuls Guirassy, Sulemana et Terrier, qui sera de retour de blessure, ont planté un pion cette saison. Ne cherchez pas, personne ne fait pire en L1. Même Metz et Sainté, qui n’ont toujours pas gagné en ont empilé deux fois plus.

Nommé au creux de la saison dernière après le départ de Julien Stéphan, Bruno Genesio refuse pourtant de parler de crise à Rennes. « Il ne faut pas tomber dans le catastrophisme. Avoir des périodes difficiles, ça fait partie de la vie d’un club. On a tous déjà connu ces moments », relativise l’entraîneur, dont la carrière à l’OL n’a pas toujours été florissante. Mais plus que les résultats ou le nombre de buts plantés, c’est davantage le projet qui interroge. Ou plutôt l’absence de projet. Avec son recrutement XL cet été, Rennes a « oublié » de recruter un défenseur central et en souffre terriblement. Privée de Jérémy Doku et de Martin Terrier, l’équipe semble avancer sans idée et peine à dégager une identité.

Ce constat, nous ne sommes pas les seuls à le faire. En salle de presse, les avis convergent. Et bon nombre de supporters ont exprimé les mêmes inquiétudes. « Nous avons une équipe jeune et nous ne sommes pas assez bons techniquement. Mais je sens que cette équipe est prête à se battre. On discute pas mal, on est en train de créer quelque chose de plutôt bien », promet Gaëtan Laborde qui insiste sur un point. « On manque cruellement de réussite. Il faut casser cette mécanique. Je suis certain que ce moment difficile va nous servir plus tard dans la saison. J’en suis persuadé. »

« Plus je vieillis, plus j’ai du mal à accepter la défaite »

Son coach partage le même avis et pointe « le manque d’efficacité dans les deux surfaces », estimant que son milieu de terrain joue plutôt juste. Avant de prévenir, à quelques heures d’une rencontre déjà capitale face à Clermont. « Ils sont promus mais font un bon début de saison. Mais ils ne sont qu’à quatre points de nous. Ce match est très important. Il peut impliquer beaucoup de choses pour la suite, dans un sens comme dans l’autre ». Sur les réseaux, certains n’hésitent pas, déjà, à demander la démission de l’entraîneur. « Plus je vieillis, plus j’ai du mal à accepter la défaite », prévient Pep Genesio. Les joueurs sont prévenus.