US Open : Vainqueur du tournoi, Medvedev brise le rêve de Grand Chelem dans l’année de Djokovic

TENNIS Novak Djokovic n’a pas résisté à la pression de l’exploit à réaliser. Daniil Medvedev a lui sorti un match parfait pour gagner 6-4, 6-4, 6-4

20 Minutes avec AFP
— 
Novak Djokovic a perdu en finale de l'US Open contre Daniil Medvedev, à New York le 12 septembre 2021.
Novak Djokovic a perdu en finale de l'US Open contre Daniil Medvedev, à New York le 12 septembre 2021. — Seth Wenig/AP/SIPA

En remportant l’US Open dimanche, Daniil Medvedev a joué les briseurs de rêve pour pouvoir construire le sien. Auteur d’un match parfait, le N.2 mondial a largement battu, 6-4, 6-4, 6-4, Novak Djokovic qui échoue ainsi à réaliser l’exploit d’un Grand Chelem sur une année. Le joueur Russe, après deux finales perdues, a enfin décroché à New York son premier tournoi majeur.

La désillusion est grande pour Djokovic. Aux portes du plus grand exploit de l’ère Open, le N.1 mondial n’est donc pas parvenu à remporter l’Open d’Australie, Roland-Garros, Wimbledon et l’US Open la même année. Rod Laver, présent dans les tribunes du court Arthur Ashe, reste donc le dernier à avoir réalisé cette performance côté masculin. C’était en 1968 pour la deuxième fois le concernant (1962), après Don Budge en 1938. Chez les dames, il faut remonter d’abord à Steffi Graf (1988), Margaret Court (1970) et Maureen Connoly (1953).

Une détermination glaciale

Mais cette fois, la dernière marche fut beaucoup trop haute. La faute à un Medvedev qui a sorti le match de sa vie. Marqué par une détermination glaciale, il a d’abord été impérial au service, prenant souvent le risque de taper ses deuxièmes balles avec la même puissance que ses premières. Le Russe a ainsi réalisé un premier set parfait sur son engagement, avec 6 aces notamment sur un total de 16. Il a aussi brillé par sa capacité à accélérer en coups droits et à contre-attaquer toujours au meilleur moment.

En face, Djokovic est paru complètement submergé par la pression du record au bout de sa raquette. Il aura fallu attendre le deuxième set pour le voir avoir l’opportunité de breaker. Trois fois dès le premier jeu. Après avoir échoué, il s’est tapé plusieurs fois la raquette sur sa cuisse droite et comme elle n’avait pas rompu, il l’a totalement fracassée sur le ciment deux jeux plus tard, furieux d’avoir encore manqué l’occasion, plombé par une énième grossière erreur. Avec un avertissement en prime.

Trois balles de match

Le Serbe n’a ensuite pas su se remettre dans le match. Car Medvedev, passée cette brève menace, n’a jamais desserré l’étau. Il l’a breaké aussitôt et continué à pressuriser le N.1 mondial pour empocher le deuxième set et enchaîner avec quatre jeux d’affilée dans le troisième.

Quasiment à 100 % derrière Djoko, les quelque 23.000 spectateurs se sont réveillés quand il a enfin breaké pour la première fois le Russe, devenu soudain fébrile après avoir fait une double faute sur sa première balle de match. Mais c’était bien le tsar la star. Malgré une nouvelle double faute sur sa deuxième balle de match, il a tenu bon sur la troisième, offerte par une balle dans le filet de Djokovic. Presque ailleurs durant les nanosecondes qui ont suivi, Medvedev s’est laissé tomber sur le court, recevant en guise d’oxygène l’ovation des fans. Il l’a méritée car ce qu’il a accompli, personne ne l’avait fait cette année.