JO Tokyo 2021 : Grosse claque pour les basketteuses et Agbegnenou tranquille… Ce que vous avez loupé cette nuit

RATTRAPAGE Un début de quatrième journée couci-couça pour les Bleus à Tokyo

N.C.
— 
L'équipe de France féminine de basket s'est inclinée face au Japon en ouverture des JO de Tokyo.
L'équipe de France féminine de basket s'est inclinée face au Japon en ouverture des JO de Tokyo. — Aris MESSINIS / AFP
  • Le quatrième jour des Jeux olympiques est parti depuis quelques heures déjà à Tokyo. 
  • Mise en route compliquée pour les Français, puisque les basketteuses sont tombées de haut, aucun nageur n'a pas passé les demies et on a perdu notre dernier surfeur. 
  • Il reste toutefois Clarisse Agbegnenou, qui a passé sans encombres ses deux premiers tours et qu'on espère la voir sur la plus haute marche du podium en fin de matinée (heure française). 

De notre envoyé spécial à Tokyo,

On va finir par croire que la France reste le meilleur endroit pour suivre les JO. Pas une perf à se mettre sous la dent encore pendant que vous dormiez tranquillement, comme si les Tricolores attendaient que ça se lève au pays pour briller. Voici ce que vous (n’) avez (pas) raté cette nuit

La nuit des Français

On commence par le gros fail des basketteuses, battues d’entrée par le Japon, une équipe sans aucune référence internationale. Incapables de prendre le large, les Bleues se sont finalement inclinées 74-70 et se compliquent sévèrement la tâche pour la suite. Il faudra battre le Nigeria et taper un exploit contre les Etats-Unis pour passer, ou au moins ne pas perdre trop largement pour espérer finir parmi les meilleures troisièmes.

Pas grand-chose à sauver ailleurs. Logique vu les rapports de force, mais on n’a pas eu cette petite perf qui aurait égayé notre matinée. C’est toujours compliqué à la natation, où Léon Marchand (200m papillon), Charlotte Bonnet (200m nage libre) et Cyrielle Duhamel (200 m 4 nages) ont tous pris la porte en demi-finale. En surf, fin du voyage pour Michel Bourez, éliminé en quarts par le numéro 1 mondial Gabriel Medina. Même punition pour Emmanuel Lebesson au ping, pour qui c’était mission impossible face à la terreur chinoise Zhendong Fan.

Clarisse Agbgnenou a, quant à elle, bien débuté son tournoi. Ippon en 19 secondes face à la Cap-Verdienne Billiet, puis un combat maîtrisé contre la Néerlandaise Janssen. Direction les demi-finales pour la grandissime favorite pour le titre en -63 kg. Il aurait plus manqué que ça, tiens…

La star de la nuit

Les Etats-Unis se sont découvert une nouvelle étoile. Lydia Jacoby, jeune nageuse de 17 ans, a créé l’énorme sensation de la matinée à la piscine en devenant championne olympique du 100m brasse. Un événement dont on a parlé toute la soirée aux States (sur leur fuseau horaire). Jacoby était leur toute première nageuse originaire d’Alaska à se qualifier, et boum, elle claque un titre. Enfin du taf pour les envoyés spéciaux à Anchorage.

Début de polemica au surf

Tout semblait indiquer que le numéro 1 mondial brésilien (et grand pote de Neymar), Gabriel Medina, avait remporté son duel en demi-finale face au Japonais Igarashi, mais les juges en ont décidé autrement, accordant une meilleure note au local de l’étape. Ce qui a provoqué un tollé au pays de Pelé, les médias locaux n’hésitant pas à parler d’un arbitrage maison. En France aussi, les commentatrices (et spécialistes de la discipline) de France TV ont évoqué un arbitrage « en fonction de la nationalité et non des figures réalisées ». En même temps, des JO sans soupçons d’arbitrage maison, ce ne sont pas des JO. Comment dit-on « affaire à suivre » en Japonais ?

L’image rigolote du matin

Protocole sanitaire oblige, les athlètes sont contraints pendant ces Jeux de mettre eux-mêmes leur médaille autour de leur cou. Légèrement frustrant. Au moins, quand on est en double, on peut sauver les apparences.