Tour de France 2021 : Diminué et largué au général, Primoz Roglic jette l’éponge

CYCLISME Touché physiquement après sa chute à Pontivy, lundi, le Slovène Primoz Roglic a dû se résoudre à lâcher l’affaire

A.L.G. avec AFP
— 
Roglic a dû se résoudre à lâcher l'affaire sur le Tour de France 2021.
Roglic a dû se résoudre à lâcher l'affaire sur le Tour de France 2021. — Benoit Tessier/AP/SIPA

C’était prévisible. Après le calvaire vécu samedi par le Slovène Primoz Roglic, deuxième du Tour de France l’an dernier, celui-ci a décidé de renoncer à poursuivre la course, ce dimanche, avant le départ de la 9e étape à Cluses. Il faut dire que Roglic était fortement diminué par les suites d’une chute, lundi dernier, lors de la 3e étape. « Ça ne sert à rien de continuer ainsi, a déclaré le Slovène, cité par son équipe dimanche matin. Il est maintenant temps de récupérer et de me concentrer sur mes nouveaux objectifs ».

L’ancien sauteur à skis avait annoncé en début d’année que ses principaux objectifs de la saison étaient le Tour de France et l’épreuve sur route des JO de Tokyo, prévue le 24 juillet. « Je suis très déçu de devoir quitter le Tour mais je dois l’accepter tel qu’il est. Je reste optimiste et regarde vers l’avenir », a-t-il expliqué en évoquant son parcours douloureux depuis sa chute survenue à une dizaine de kilomètres de l’arrivée à Pontivy.

A quarante minutes de Pogacar

« Je ne pensais pas que cette chute provoquerait mon abandon. Je ne regarde jamais aussi loin. Après quelques jours, j’ai vu que je ne faisais aucun progrès dans mon rétablissement. Même si je me suis surpris moi-même dans le contre-la-montre, j’ai encore eu un mauvais pressentiment les jours suivants. Les étapes longues et difficiles font des ravages », a conclu celui qui avait abordé le Tour en position de favori avec son compatriote Tadej Pogacar, vainqueur l’an dernier.

Après sa chute, Roglic a limité la casse dans le contre-la-montre mercredi à Laval, où il n’a lâché que 44 secondes à Pogacar, dominateur. Mais il a payé la note de ses blessures, de multiples contusions, dans la longue étape (249 km) menant vendredi au Creusot (Saône-et-Loire), avant de terminer très attardé, dans le « gruppetto », la première étape de montagne au Grand-Bornand. Après huit étapes, il occupait la 51e place du classement général à près de 40 minutes de Pogacar, nouveau maillot jaune de cette édition.