Tour de France 2021 : Caleb Ewan, victime d’une fracture de la clavicule, opéré ce mercredi

CYCLISME Le sprinteur de l’équipe Lotto a abandonné le Tour de France après une chute lors de l’arrivée de la 3e étape lundi à Pontivy

20 Minutes avec AFP
— 
Caleb Ewan lors de sa chute (casque rouge et noir) sur le Tour de France, à Pontivy le 28 juin 2021.
Caleb Ewan lors de sa chute (casque rouge et noir) sur le Tour de France, à Pontivy le 28 juin 2021. — Christophe Ena/AP/SIPA

Si le Tour de France est déjà terminé pour Caleb Ewan, l’Australien assure que sa saison n’est pour autant pas finie car « il devrait y avoir bien assez de temps pour [le] laisser guérir d’ici à la Vuelta », le Tour d’Espagne du 14 août au 5 septembre prochain. En attendant, il faudra en passer par la table d’opération ce mercredi à Monaco. Le sprinteur de 26 ans contraint à l’abandon après sa chute lors de la 3e étape de la Grande boucle à Pontivy, souffre en effet, selon son équipe Lotto, d’une fracture de la clavicule droite.

A quelques centaines de mètres de la ligne d’arrivée lundi, Ewan a accroché le vélo de Peter Sagan à vive allure et les deux coureurs ont été projetés au sol. Le Slovaque a pu rejoindre l’arrivée, au contraire de l’Australien qui souffre d’une « fracture complexe avec déplacement ».

La blessure dont « on se remet le plus facilement »

« On m’a dit que mon os était cassé en quatre endroits. J’ai tout de suite eu très mal, j’ai réalisé très rapidement que mon Tour de France était terminé », raconte le sprinteur dans le communiqué de son équipe. Mais « de tous les os qu’on peut se briser, je pense qu’une fracture de la clavicule est une de celles dont on se remet le plus facilement », tente de relativiser Ewan.

Vainqueur d’étape à cinq reprises durant sa carrière sur le Tour de France, le sprinteur était en forme et restait sur deux victoires d’étape au Tour d'Italie en mai et autant de succès au Tour de Belgique début juin. Son abandon survient au terme d’une étape marquée par de nombreuses chutes, qui ont notamment contraint l’Australien Jack Haig (Bahrain) ou le Néerlandais Robert Gesink (Jumbo) à quitter le Tour.