Brest-PSG : « Il faut toujours y croire »… Mauricio Pochettino croise les doigts pour le titre de champion de France

FOOTBALL Pour être sacré, le PSG doit faire un meilleur résultat dimanche soir à Brest que Lille à Angers, lors de la dernière journée de Ligue 1

Nicolas Stival
— 
Direction Brest pour Kylian Mbappe et Mauricio Pochettino.
Direction Brest pour Kylian Mbappe et Mauricio Pochettino. — Franck Fife / AFP
  • Mauricio Pochettino et le Paris Saint-Germain n’ont pas leur destin en mains avant l’ultime journée de Ligue 1, dimanche soir.
  • Si Lille gagne à Angers, le Losc privera le PSG d’un dixième titre de champion de France.
  • Présent ce samedi en conférence de presse, l’entraîneur argentin du club de la capitale compte sur ses joueurs pour faire leur part de travail. Pour le reste, il s’en remet à la glorieuse incertitude du football, et un peu aux Angevins, aussi.

Pas besoin d’avoir fait les études de Thomas Pesquet pour résumer l’enjeu de la dernière journée de Ligue 1 côté parisien : si le PSG fait un meilleur résultat dimanche soir à Brest que Lille à Angers, il remportera son dixième titre de champion de France, le huitième sur les neuf dernières saisons.

Dans la langue souvent boisée de Mauricio Pochettino, cela donne, ce samedi en conférence de presse : « Dans le foot, il faut toujours y croire. On y va avec de la motivation, en croyant que de bonnes choses peuvent se produire. » Bien sûr, la finale de Coupe de France remportée sans trembler mercredi contre Monaco (2-0) a été « exigeante », mais « tout va bien », assure l’entraîneur argentin. Plus que bien même, puisque les Parisiens vont récupérer Presnel Kimpembe et un Neymar fraîchement vacciné, tous deux de retour de suspension.

Alors que son adversaire brestois pourrait terminer barragiste et se coltiner le TFC en cas de défaite, le SCO n’a strictement rien à jouer au moment de recevoir des Dogues tous crocs dehors. Toutefois, Pochettino n’a « aucun message à passer » aux hommes de Stéphane Moulin, qui voudront peut-être honorer la der de leur emblématique coach en ressortant du formol la fameuse « dalle angevine ».

Promis aussi, le successeur de Thomas Tuchel ne sait pas encore s’il va se renseigner dimanche soir sur l’évolution du score au stade Raymond-Kopa. Ni comment… On se dit pourtant qu’un de ses adjoints va bien avoir l’idée de garder son portable allumé, au cas où…

De la « déception » plutôt qu’un « échec » si Lille est sacré

Et à part ça, si la logique est respectée et que le PSG finit sur les talons de la formation de Christophe Galtier ? Serait-ce un échec, hasarde l’un de nos confrères ? « Pour une équipe comme le PSG, engagée dans toutes les compétitions, ne pas gagner est toujours une grande déception, lance Pochettino. Le mot "échec" a un sens très fort, ce serait plutôt de la déception. »

Mais ça n’enlèvera pas ce qu’ont déjà réussi l’Argentin et son staff depuis son arrivée le 2 janvier dernier : « Si on est champion, ce serait notre troisième titre en cinq mois [après le Trophée des champions et la Coupe de France]. Nous avons réussi une bonne campagne en Ligue des champions, avec la déception de ne pas avoir atteint la finale. Je suis très content de l’implication des joueurs et de tout l’encadrement. »

Et si les Angevins avaient aussi la bonne idée d’être très impliqués dimanche soir, on se doute que Pochettino n’en serait pas mécontent.