Nîmes-OL : Lyon envoie Nîmes en L2, mais les chances de voir la Ligue des champions s'amenuisent

FOOTBALL Vainqueur à Nîmes, l’OL a rempli sa mission dans la course à la Ligue des champions. Mais ses espoirs d’y participer n’ont jamais été aussi faibles depuis plusieurs mois

Jérôme Diesnis

— 

Auteur du cinquième but, Slimani exulte. Son équipe peut toujours rêver d'une qualification en Ligue des champions.
Auteur du cinquième but, Slimani exulte. Son équipe peut toujours rêver d'une qualification en Ligue des champions. — AFP
  • Il ne reste plus qu’un match aux Lyonnais pour espérer sauter Monaco sur le fil et s’emparer de la troisième place.
  • Son destin dans la Coupe aux grandes oreilles dépend avant tout de Lens, en quête d’une qualification européenne, mais dans le dur depuis trois matchs.
  • S’il ne parvenait pas à se qualifier, l’OL serait absent pour la seconde année consécutive de la plus prestigieuse des coupes européennes. Et ce serait une première depuis 1999.

L’OL a fait le taf. Et plutôt bien. Un succès 5-2 à Nîmes qui met un terme aux espoirs de maintien des Gardois. Et qui lui permet d’entretenir l’espoir d’une qualification en Ligue des champions. La situation est donc strictement la même qu’avant son déplacement aux Costières, à ceci près qu’il ne lui reste plus qu’un match pour espérer sauter Monaco sur le fil et s’emparer de la troisième place.

Les comptes sont vite faits pour Rudi Garcia, le coach de l’OL. « Tout se jouera sur le dernier match. A nous de battre Nice et après on verra si Lens est capable de battre Monaco à domicile ». Les Lyonnais sont dans l’inconfortable position de laisser une bonne partie de leur avenir dans les pieds de leurs adversaires.

Obligé de confier leur destin aux Lensois

La situation est inconfortable. L’OL devra se montrer tout aussi sérieux face à des Niçois démobilisés qu’il l’a été dans le Gard. Mais ça ne suffira pas. Son destin dans la Coupe aux grandes oreilles dépend avant tout de Lens, en quête d’une qualification européenne, mais dans le dur depuis trois matchs. Et bien sûr de Monaco, toujours solide mais moins fringant depuis sa défaite dans le Rhône.

L’équipe de la principauté va devoir à la fois gérer la finale de la Coupe de France contre Paris en milieu de semaine et celle pour la qualification en Ligue des champions dimanche. « On veut être la seule équipe actuellement dans les quatre premières places à avoir pris neuf points lors des trois derniers matchs de ce championnat », anticipe Rudi Garcia.

Eviter une première depuis 1999

Cela signifierait alors que Monaco aurait été accroché à Lens pendant que l’OL aurait écarté Nice de son chemin. Alors qu’il a ,par ailleurs, officiellement abandonné tout espoir de sacre dimanche avec le nul de Lille, ce double duel est à quitte ou double. S’il n’y parvenait pas, Lyon serait absent pour la seconde année consécutive de la plus prestigieuse des coupes européennes. Et ce serait une première depuis 1999…