Tiger Woods transféré dans un autre hôpital pour poursuivre ses soins et sa convalescence

GOLF Le Tigre en a pour de longs mois maintenant avant de pouvoir marcher à nouveau

N.C. avec AFP

— 

L'hôpital Harbor-UCLA, à Los Angeles, où TIger Woods a été opéré à la suite de son accident le 23 février 2021.
L'hôpital Harbor-UCLA, à Los Angeles, où TIger Woods a été opéré à la suite de son accident le 23 février 2021. — Ashley Landis/AP/SIPA

La superstar du golf Tiger Woods, opérée pour de graves blessures à une jambe après un accident de voiture mardi, a été transférée dans un prestigieux établissement médical de Los Angeles pour la suite de ses soins, a annoncé jeudi l’hôpital qui l’avait initialement prise en charge.

« M. Tiger Woods a été transféré au centre médical Cedars-Sinai pour poursuivre ses soins orthopédiques et sa convalescence », a déclaré sur Twitter le Dr Anish Mahajan, directeur par intérim de l’hôpital Harbor-UCLA, où le champion avait été transporté par les secours après son accident.

C’est dans ce centre de traumatologie situé au sud de Los Angeles qu’il avait été longuement opéré mardi, notamment pour de «multiples fractures ouvertes» à la jambe droite qui ont nécessité de lui insérer une tige métallique dans le tibia et des vis pour consolider les os du pied et de la cheville. « Afin de respecter le secret médical, le centre Harbor-UCLA ne fournira plus d’informations supplémentaires sur le patient », ajoute le communiqué, précisant que le personnel soignant a eu « l’honneur de prodiguer des soins orthopédiques à l’un des plus grands athlètes de notre génération ».

Pas d’alcool ni de drogue selon les premiers éléments de l’enquête

Selon le policier qui a découvert mardi matin le champion, blessé, mais conscient, dans sa voiture sérieusement endommagée, Tiger Woods « a eu beaucoup de chance de s’en sortir vivant ». Tiger Woods a effectué plusieurs tonneaux après avoir vraisemblablement perdu le contrôle de son véhicule sur une route pentue et propice aux accidents près de Los Angeles.

Selon le shérif du comté, Woods circulait « à une vitesse relativement plus élevée que la normale » sur une portion limitée à 72 km/h, précisant qu’aucune trace de freinage n’avait été relevée. Aucun autre véhicule n’était impliqué et rien ne laisse penser que le golfeur était sous l’emprise d’alcool ou d’autres substances, selon les premiers éléments de l’enquête qui pourrait durer plusieurs semaines.