Cyclisme : Le Néerlandais Bauke Mollema remporte la première étape du tour des Alpes-Maritimes et du Var

VELO Thibaut Pinot, qui fait son grand retour à travers cette course, se classe neuvième 

20 Minutes avec AFP

— 

Thibaut Pinot. (Illustration)
Thibaut Pinot. (Illustration) — Alex Whitehead/SWpix.com/Shutterstock/SIPA

Pour la première étape du tour des Alpes-Maritimes et du Var qui se déroulait entre Biot et Gourdon ce vendredi, c’est le Néerlandais Bauke Mollema (Trek-Segrafredo) qui s’impose devant le Belge Greg Van Avermaet (AG2R Citroën) et le Français Valentin Madouas (Groupama-FDJ).

L’équipe Groupama-FDJ classe également dans son top 10, Rudy Molard, arrivé septième, David Gaudu, dixième et Thibaut Pinot, à la neuvième place. « Ce n’est pas une surprise », a estimé le directeur sportif du Français, Thierry Bricaud. « À partir du moment où il a validé en début de semaine qu’il allait faire sa rentrée, c’est qu’il se sentait prêt. Thibaut, quand il a un dossard, il a envie d’être dans le match ».

Même si en 2019, le Franc-Comtois avait remporté cette épreuve, cette année, il y est « sans ambition personnelle ». Il se plaignait encore récemment de douleurs au dos. « Depuis quinze jours, tout est en train de se remettre en place, a assuré son directeur sportif. Il est venu pour se rassurer, valider son hiver et aider les copains si les circonstances le permettent ».

Une course animée à partir de la deuxième ascension

​La course s’est animée dans la deuxième ascension (sur trois) du col de Gourdon avec une montée de huit kilomètres assez roulante. Alors que le brouillard était tombé sur le village perché, le Néerlandais a placé son attaque à 400 m du but pour endosser le maillot mimosa de leader, une seconde devant un peloton de 28 coureurs comprenant le Colombien Nairo Quintana (Arkea-Samsic, 15e) et le Britannique Geraint Thomas (Ineos-Grenadiers, 22e).

Samedi, la deuxième étape longue de 168,9 km est celle des villages perchés du pays de Fayence (Var). Elle proposera des montées plus courtes mais plus sèches, dont celle du mur de Tourrettes-Fayence en point d’orgue.