Barça-PSG : Verratti à l’attaque, Kean titu, Gueye remplacé… Les paris gagnants de Pochettino au Camp Nou

FOOTBALL Le coach du PSG a grandement participé au succès de son équipe face au Barça mardi soir

Aymeric Le Gall

— 

Pochettino a fait des choix forts mardi soir face au Barça.
Pochettino a fait des choix forts mardi soir face au Barça. — AFP
  • Débarqué il y a un peu plus de quarante jours au PSG, Mauricio Pochettino réclame du temps pour mettre en place le style de jeu qu’il souhaite imprimer à cette équipe.
  • Si la patte Pochettino n’est pas encore visible, cela n’a pas empêché l’Argentin de faire des choix forts mardi soir.
  • Des choix qui se sont tous avérés payant et qui ont contribué à la large victoire parisienne au Camp Nou.

L’entraîneur parisien nous le rabâche à longueur de conférence de presse depuis son arrivée au PSG : il est beaucoup trop tôt pour parler de « patte Pochettino ». Débarqué dans la capitale avec son staff à quelques jours seulement de la reprise du championnat début janvier, l’Argentin a dû se mettre au turbin sans tarder pour enchaîner, tenez-vous bien, onze matchs en 41 jours. Difficile vous en conviendrez d’imprimer une identité de jeu en un laps de temps aussi court. « Ce n’est pas simple de trouver le temps de travailler », répétait-il encore après la courte victoire contre Nice samedi dernier.

Il n’empêche, après la démonstration de ses joueurs mardi soir, l’ancien manager des Spurs a tout de même admis que ses joueurs étaient sur le bon chemin. « Vous savez, à chaque match on cherche à trouver cet équilibre offensif et défensif et je pense que là-dessus on a été bon, a-t-il déclaré en conf. Alors, il va falloir qu’on continue de travailler pour s’améliorer, on est ici nous depuis seulement 40 jours, mais on est déjà content du rendement de l’équipe. On va continuer à accompagner ces joueurs et, tous ensemble, on va essayer de chercher cette identité et cette animation de jeu que ce soit avec ou sans le ballon, et, là, on va aller chercher cette perfection dont vous parlez pour avoir les résultats que l’on veut. »

Les choix forts de Mauricio Pochettino

Le bonhomme est modeste (ou prudent) et c’est tout à son honneur. Pourtant, si les joueurs ont fait ce qu’il fallait pour se rendre le match facile, bien aidé il faut dire par des Barcelonais pas loin du ridicule, le mérite de ce beau succès lui revient aussi un peu. On a noté quatre choix de l’Argentin qui ont eu leur importance mardi soir.

  • Verratti repositionné plus haut sur le terrain

C’est LE choix fort depuis son arrivée au PSG : le repositionnement de Marco Verratti plus haut sur le terrain. Alors c’est parfois dans une sorte de faux 10 quand l’équipe joue en 4-2-3-1, ou parfois, comme ce fut le cas mardi soir, à la pointe du triangle quand le PSG est en 4-3-3. A l’arrivée le résultat est le même. L’Italien continue de gratter les ballons un peu partout sur le terrain, ça, ça bouge pas, mais il est aussi désormais invité à montrer le bout de son nez dans les 30 derniers mètres adverses. Ce qu’il a parfaitement fait sur le but égalisateur de Mbappé en lui glissant un amour de passe lobée de l’extérieur du pied après un bon centre de Kurzawa. La légende raconte même qu’on l’aurait vu tenter un tir depuis l'intérieur de la surface en seconde période.

  • Kean préféré à Sarabia à droite

C’était à peu près la seule interrogation au sujet du onze qu’alignerait Mauricio Pochettino face au Barça. L’Argentin a finalement tranché en faveur du jeune attaquant prêté par Everton. Là encore, ce fut un choix payant. Titularisé sur le côté droit de l’attaque parisienne, le gamin a livré une prestation très solide et techniquement très propre. Toujours bluffant dans sa capacité à ne pas se faire piquer le ballon dans les pieds, Moise Kean est aussi et surtout un buteur clinique dans la surface, à l’image de sa tête piquée victorieuse pour le but du 3-1 sur un coup franc de Paredes.

Ok, on vous entend ici nous dire que Sarabia ne met plus un pied devant l’autre depuis belle lurette (et vous avez raison) et que le choix de mettre Kean allait de soi. Oui mais non. Car si Kean peut évoluer partout sur le front de l’attaque, c’est tout de même en pointe qu’il est le meilleur. Alors que de son côté Sarabia est un spécialiste du poste. C’est donc un choix fort de Pochettino qu’il faut mettre à son crédit.

  • Les sorties de Gueye et Verratti pour éviter les cartons

Dire qu’on est tombé à la renverse en ne voyant pas Idrissa Gueye revenir sur le terrain après le repos serait exagéré, mais tout de même. Ce n’est si pas souvent que ça qu’un entraîneur décide de changer l’un de ses deux milieux défensifs à la mi-temps d’un huitième de finale de Ligue des champions. D’autant que le Sénégalais était plutôt dans son sujet jusque-là, ce qui n’arrive pas tous les quatre matins depuis son arrivée au club. Seulement voilà, Gueye a eu la bonne idée de se prendre un jaune tôt dans le match (19e) et malgré ça il n’était visiblement pas parti pour tempérer ses interventions défensives.

On a même craint une fois ou deux que l’arbitre ne sorte le rouge en première période. Pour éviter ce scénario merdique, la Pochette a donc tranché et fait entrer Herrera à sa place. Trente minutes plus tard c'est Verratti, sur le coup d’une suspension en cas d'avertissement, qui cédait sagement sa place à Draxler après avoir passé miraculeusement 76 minutes sur un terrain de foot sans prendre de carton. C'est peut-être aussi ça « l'effet Pochettino ».