Metz-Nice : Antonetti exprime « des regrets » après son violent clash avec Cardinale

MEA CULPA L’entraîneur messin avait qualifié le gardien niçois de « cloche » et dit de lui qu’il était la « risée de la France »

F.Bi.

— 

Frédéric Antonetti (Archives)
Frédéric Antonetti (Archives) — 20 MINUTES/SIPA

Il a finalement fait son mea culpa. Quelques jours après avoir violemment pris à partie Yoan Cardinale, en plein match entre Metz et Nice, Frédéric Antonetti a reconnu dans Nice-Matin être allé « trop loin ». « Oui, j’ai été trop dur. Si je [le l’ai] choqué, je le regrette. J’ai des regrets. C’est une évidence », a expliqué l’entraîneur de Metz au quotidien régional rappelant aussi « les quatre années formidables passées à Nice ».

Samedi soir, le coach s’en était pris au second gardien des Aiglons qui réclamait, depuis le bord du terrain, un penalty finalement accordé. « Ferme-la ! Espèce de bidon que tu es ! Va dans le kop sud toi, au lieu d’être joueur. C’est ta place. Espèce de cloche. Tu es la risée de la France ! Va t’acheter un cerveau », avait-il lâché. La réaction de l’OGC Nice arrivait trois jours plus tard : le club jugeant « indigne » cette « énième sortie de route ».

Le Gym ironisait aussi : « Si la place de Yoan est en tribune, quelle est celle d’un éducateur qui s’oublie de la sorte devant la France entière depuis des années ? En DH ? ». « Le club pense que ma place est en DH ? C’est un compliment. Je viens de là. De la DH, du foot amateur. J’ai beaucoup de respect pour les coachs de DH », a répondu à son tour Frédéric Antonetti, estimant qu’on pouvait « tirer le rideau » sur cette « polémique ».