Stade Rennais-OM: Pape Gueye voit rouge et l'invincible Marseille tombe à Rennes

FOOTBALL Les Bretons ont dominé l'OM 2-1 mercredi soir au Roazhon Park

Camille Allain

— 

Le débrief express de Rennes OM — 20 Minutes
  • Le Stade Rennais a battu l'OM 2-1 mercredi au Roazhon Park et a mis fin à la série de six victoires de rang en Ligue 1 des Olympiens.
  • Le tournant du match a été l'expulsion de Pape Gueye survenue en première mi-temps. A 10, les hommes de Villas-Boas ont trop reculé.
  • L'entraîneur de l'OM a critiqué l'arbitrage de Clément Turpin après la défaite de son équipe.

Au Roazhon Park,

Marseille n’est pas invincible ! Et Rennes n’est plus en crise. Mercredi soir, les Olympiens ont été défaits par le Stade Rennais au Roazhon Park (2-1). Plombés par l’expulsion d’un Pape Gueye pourtant buteur, les joueurs de Villas-Boas ont vu leur série de six victoires consécutives s’arrêter. Les Bretons reviennent à deux points de leurs adversaires, qui ont deux matchs en moins. L’expulsion du milieu de terrain aura clairement changé la tournure du match et l'OM s’incline.

Gueye, le bleu voit rouge

Il était parfaitement rentré dans son match, dominant la bataille du milieu de terrain. Il a même délivré les siens en ouvrant le score d’une frappe sèche aux vingt mètres qui a laissé le gardien Romain Salin sans réaction. Titulaire en l’absence de Morgan Sanson, Pape Gueye a planté son premier pion avec l’OM et c’était amplement mérité tant les Olympiens dominaient leurs adversaires. Mais ça, c’était avant le drame.

Déjà averti en début de match, l’ancien Havrais a écopé d’un deuxième jaune synonyme d’exclusion avant la mi-temps pour un coup de coude sur Mbaye Niang. « Le moment de l’expulsion change tout le match. C’était notre meilleur joueur. Pour moi, c’était pas un rouge. Il n’y a aucune intention de faire faute, c’est dans son dos. Si on ne peut pas sauter pour jouer au foot, qu’est ce qu’on va faire ? », a taclé André Villas-Boas après la rencontre. Le coach a peut-être oublié que son jeune milieu avait échappé à la sanction quelques minutes avant en laissant traîner les crampons sur un visage Rennais. « Le carton rouge me paraît justifié. Il aurait même pu arriver avant », analysait Julien Stéphan. En laissant ses partenaires à 10, le milieu de terrain de 21 ans a fait basculer le match. Et pas dans le sens qu’il aurait souhaité.

Rennes, roi des premières

Hamari Traoré buteur, Jérémy Doku passeur. Jamais le Malien n’avait planté en championnat avec Rennes. Mercredi soir, il s’est offert un vrai pion de buteur en marquant de la tête à bout portant, avant d’aller embrasser le semblant de pelouse derrière la ligne de Mandanda. Une position improbable pour Hamari Traoré, souvent raillé pour sa maladresse devant le but. La recrue phare Jérémy Doku a également débloqué son compteur en rouge et noir en délivrant sa première passe décisive. Libéré ? Verdict à Lorient dimanche.

La prime à l’attaque

En supériorité numérique, pendant plus de cinquante minutes, les hommes de Julien Stéphan ont terminé la rencontre avec un dispositif très offensif. Le jeune Rutter, Niang, Doku et Hunou ont fini par peser sur le but de Mandanda. Multipliant les centres, les Bretons ont fini par faire plier le gardien de 36 ans. C’est Adrien Hunou qui délivrait les siens d’un but heurtant le poteau. « Comptablement, ça nous permet de recoller. C’est une très bonne soirée pour nous. A la mi-temps, on s’est dit qu’il fallait être patients. Il fallait les faire courir. Les entrants sont décisifs », résume Stéphan un coach heureux. En face, la tactique ultra-défensive de Villas-Boas aura fini par craquer. Trop timides dans le secteur offensif, ses joueurs n’ont pas pu exister alors qu’ils évoluaient à dix. On a clairement vu deux matchs mercredi.