Reims-FC Nantes : « On bataille pour le maintien »… Au moins les Canaris sont lucides

FOOTBALL Le FCN, qui menait à la 68e (0-1), a complètement perdu pied en six minutes. Les Canaris n’ont plus gagné depuis six rencontres de Ligue 1

D.P. avec AFP

— 

Caforo, bourreau des Canaris.
Caforo, bourreau des Canaris. — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
  • Le FCN s’est incliné (3-2) à Reims ce mercredi soir alors que le club nantais menait à une vingtaine de minutes de la fin.
  • En six minutes, les Canaris ont encaissé trois buts.
  • Nantes (16e) se rapproche dangereusement de la zone rouge.

Mais comment le FC Nantes a-t-il pu perdre (2-3) cette rencontre à Reims ce mercredi soir ? Alors qu’ils menaient au score à la 68e, les Nantais ont complètement craqué en encaissant trois buts, dont un penalty, en six minutes à Reims. Le FCN sombre encore un peu plus (de la 14e à la 16e place), restant sur trois points pris sur dix-huit possibles sur les six derniers matchs.

Les hommes de Collot ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. Après l’ouverture du score de Pallois de la tête (0-1, 18e), sur une grossière erreur d’appréciation de Rajkovic, le gardien de Reims, ils auraient dû creuser l’écart. Ils n’ont su le faire : par maladresse, comme Castelletto trop court à la 21e, mais surtout en raison d’un bon Rajkovic dans la cage rémoise, décisif devant Simon (28e) et surtout Blas (65e). Le même Blas était aussi repris in extremis par Faes à la 51e alors qu’il était seul dans la surface. Un manque de réalisme payé quelques minutes plus tard…

Cafaro, ce bourreau

En six minutes, Nantes a complètement craqué. « Je n’arrive pas à m’expliquer ce scénario et ce passage à vide, a reconnu Patrick Collot après la défaite. On a fait plutôt une bonne première mi-temps, on a été en place, organisé et on a bien appliqué les consignes pour empêcher les Rémois de développer leur jeu. On marque sur coup de pied arrêté et à partir de là, on a fait le plus dur. On a le match en main, on a des occasions de mettre le deuxième mais on n’a pas su être suffisamment tueur. Et puis, tout s’écroule et on prend trois buts en six minutes. »

Le nom du bourreau : Cafaro. C’est lui qui a précipité la dégringolade du FC Nantes en six minutes. Entré en jeu à la 61e, le milieu de terrain rémois a d’abord offert un caviar sur la tête d’El Bilal Touré, laisse complètement seul par Castelletto (1-1, 68e). Quatre minutes plus tard, c’est lui qui centre encore sur la main… totalement involontaire de Traoré et qui provoque donc le penalty, transformé par Dia (1-2, 72e). Et deux minutes plus tard, il envoie un missile entre les jambes de Lafont (1-3, 74e).

Avec la réduction de l’écart de Blas à la 79e (3-2), les Nantais ont poussé mais n’ont jamais réussi à égaliser et se sont inclinés pour la septième fois cette saison. « On est dans une situation très difficile et on est tous responsables, conclut Collot. Le championnat ne s’arrête pas aujourd’hui, il reste de nombreuses batailles à mener. Il va falloir se relever vite. On bataille pour le maintien, il faut en avoir conscience. »