Asvel : Tony Parker assure que son frère TJ n’est « pas du tout menacé » et allume Zvezdan Mitrovic

BASKET Le président de l’Asvel s’est fendu lundi soir d’une longue interview dans « L’Equipe » pour revenir sur le décevant début de saison du club villeurbannais, et défendre son frère TJ, qu’il a nommé coach en juin

Jérémy Laugier

— 

Tony Parker, ici le 23 juin lors de la présentation devant la presse de son frère TJ, nouveau coach de l'Asvel.
Tony Parker, ici le 23 juin lors de la présentation devant la presse de son frère TJ, nouveau coach de l'Asvel. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • L’Asvel est actuellement dernière d’Euroligue avec un seul succès en sept matchs disputés, soit un bilan jusque-là très éloigné des dix succès obtenus la saison passée.
  • Malgré cette mauvaise entame, Tony Parker a indiqué lundi soir, dans une interview accordée à L’Equipe, que son frère TJ n’était « pas du tout menacé » sur le banc villeurbannais.
  • En pleine procédure avec son ancien entraîneur Zvezdan Mitrovic, « TP » a par contre sérieusement taclé l’actuel coach de Monaco.

Cinq mois après avoir annoncé « avoir mis le paquet » au niveau du recrutement (14 joueurs pros au total), Tony Parker ne peut pas se satisfaire du début de saison galère de l’Asvel. Déjà défaite à deux reprises en Jeep Elite (en cinq journées disputées), le club villeurbannais est surtout la lanterne rouge d’Euroligue, avec une seule victoire en sept matchs. Le dernier revers, la semaine passée  à Berlin (76-75), a poussé le président de l’Asvel à réagir dans une interview publiée lundi soir par L’Equipe.

« Quand tu défends les deux dernières actions comme on a défendu à Berlin, ce n’est pas professionnel. Un match où tu es à +13 dans le dernier quart-temps, tu ne dois jamais le perdre. J’ai eu des mots vraiment durs envers les joueurs », indique l’ancien meneur des Spurs, qui estime son équipe « juste pas au niveau ». Car à l’entendre, « TP » ne compte pas remplacer de sitôt son frère TJ, qu’il a installé comme entraîneur principal en juin dernier.

« Là où les coachs seront jugés, c’est si on est champions de France »

« Je fais confiance à 100 % au coaching staff [TJ Parker et son assistant Frédéric Fauthoux]. TJ n’est pas du tout menacé. Les rumeurs, ça ne me fait ni chaud ni froid. De toute façon, l’objectif numéro un, là où les coachs seront jugés, c’est si on est champions de France ou pas. Après, en Euroligue, on essaiera de faire de notre mieux. » Si TJ Parker échappe en apparence aux critiques du président de l’Asvel, ce n’est clairement pas le cas de son prédécesseur Zvezdan Mitrovic, licencié en mai, malgré un doublé Coupe-championnat en 2019 et un bilan prometteur en Euroligue la saison passée (15e avec 10 victoires en 28 matchs).

« Je ne pourrai pas rentrer dans le détail par rapport à la procédure en cours [une conciliation éventuelle devant le conseil des prud’hommes, le 25 février prochain] », annonce « TP » dans l’interview… avant de dézinguer l’actuel coach de Monaco, qui estimait samedi avoir passé « un an et demi parfait à Villeurbanne » avant de « prendre un tir dans le dos ».

« TP » reproche à Mitrovic la draft de Théo Maledon

Voici un extrait signé d’un « TP » saignant à souhait dans son costume de président : « Beaucoup de joueurs vivaient sous des brimades humiliantes parce qu’il [Zvezdan Mitrovic] ne les avait pas choisis, parce que le concept de réalité financière lui échappe, comme vous pouvez le voir avec sa demande outrancière de plus d’1 million d’euros d’indemnités ». Selon Tony Parker, Zvezdan Mitrovic a même « clairement tué » Théo Maledon, « seulement » drafté au deuxième tour (en 34e position) la semaine passée en NBA.

Théo et sa famille lui en veulent. Il ne le faisait jamais jouer l’année dernière. La façon dont il l’a traité, ça lui a coûté une place au premier tour. Un joueur comme ça aurait dû être dans le Top 10. Je lui disais qu’il fallait le faire jouer, respecter les plans du club. »

Avant de conclure avec un ultime taquet : « Encore heureux qu’on ait été champions en 2019, avec l’équipe et le budget que l’on avait ». Avec de tesl tacles, il n’est pas certain que la direction de l’Asvel et Zvezdan Mitrovic parviennent à une conciliation le 25 février.