Judo: Stéphane Nomis élu président de la Fédération dans un contexte pesant

JUDO Les révélations sur des affaires de violences sexuelles se multiplient en ce moment dans le judo

N.C. avec AFP

— 

L'ancien judoka Stéphane Nomis a été élu avec 59,99% des voix président de la Fédération française de judo, le 22 novembre 2020.
L'ancien judoka Stéphane Nomis a été élu avec 59,99% des voix président de la Fédération française de judo, le 22 novembre 2020. — Capture d'écran

Dans un contexte à la fois lourd en coulisses avec des affaires de violences sexuelles et enthousiasmant sur les tatamis avec des championnats d'Europe très réussis, le judo français a choisi la nouveauté pour le guider. Stéphane Nomis, ancien judoka international désormais PDG d’une société informatique, a été élu président de la Fédération française ce dimanche avec 59,99 % des voix. Une défaite cinglante pour Jean-Luc Rougé, qui était en poste depuis 2005

Le judo français, miné par une chute du nombre de pratiquants depuis la crise sanitaire, est secoué depuis près de trois semaines par une série de révélations de cas de violences sexuelles. Stéphane Nomis, qui avait reconnu pendant la campagne qu’il n’imaginait pas son sport « autant touché », avait appelé à « briser l’omerta ».

Jeudi, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Lille pour des faits d’agressions sexuelles à l’encontre de trois victimes visant un ex-membre du comité de direction fédéral âgé d’une soixantaine d’années, interrogeant sur une éventuelle protection de la part de la fédération.

« Au bout d’un système de copinage »

Depuis trois semaines, les révélations se succèdent. Le récit dans Le Parisien, début novembre, d’une ancienne élève racontant avoir été violée par son entraîneur quand elle était mineure, a participé à délier les langues.

« Il n’y a pas photo, les gens veulent du changement, assurait Stéphane Nomis quelques jours avant son élection. Mais même avant ça les gens avaient ressenti un malaise. On arrive au bout d’un système de copinage, on est arrivé à la limite de ce fonctionnement. » Désormais en première ligne, Stéphane Nomis va devoir passer de la parole aux actes.