Le coach Patrick Vieira doit adapter la préparation de ses joueurs
Le coach Patrick Vieira doit adapter la préparation de ses joueurs — L. Urman / Sipa USA / Sipa

FOOTBALL

OGC Nice : Touchés par l’épidémie, les Aiglons forcés de tourner au ralenti

Après des cas de Covid-19 dans l’effectif, l’entraînement du Gym est bouleversé

  • Le match OM-OGC Nice, qui était programmé samedi soir, est reporté après des cas de Covid-19 parmi les Aiglons.
  • Au Gym, l’entraînement a été stoppé et cela pourrait laisser des traces.

Ils auraient dû jouer au Vélodrome samedi soir. Mais après le diagnostic de plusieurs cas de Covid-19 au Gym, dont six au moins parmi les joueurs, la LFP a confirmé le report du match contre l’OM. Probablement en 2021.

Et cette épidémie pourrait avoir des conséquences sur un temps plus long pour l’OGC Nice, qui doit recevoir le Slavia Prague la semaine prochaine pour le compte de la 4e journée de la phase de poules de l’Europa League. Stoppé pendant plusieurs jours, l’entraînement n’a repris en individuel que pour certains joueurs. Des séances collectives ne pourront être envisagées que la semaine prochaine, si les tests le permettent.

Un « effet très négatif »

Certainement « pas une « préparation idéale », a reconnu Julien Fournier, le directeur du football au Gym, dans Nice-Matin. D’autant plus que jeudi, leur rencontre européenne sera leur premier match joué… depuis dix-huit jours, et que les Niçois devront ensuite enchaîner deux rencontres par semaine jusqu’à la trêve de Noël.

L’interruption subie par les Aiglons aura donc « forcément un effet très négatif » sur un groupe, analyse Arnaud Josserand, l’entraîneur de l’AS Cannes volley, lui-même récemment privé de ses joueurs par le nouveau coronavirus.

Le risque d’une longue fatigue

« En plus du côté physique évidemment, encore plus au foot où il y a des phases de courses intenses, il y a toujours des ajustements très fins à travailler entre les joueurs. Alors quelques jours sans, c’est très long », explique à 20 Minutes celui qui est également l’entraîneur adjoint de l’équipe de France de volley.

Et le risque, est que ça dure, pour certains joueurs, qui peinent à retrouver leur forme physique optimale. Touché par la maladie, « mon libéro [de l’AS Cannes] a mis plusieurs semaines pour retrouver la forme, détaille encore Arnaud Josserand. Même redevenu négatif, il se plaignait de maux de tête. »

Au Gym, aucun des joueurs concernés (Atal, Benitez, Lees-Melou, Lopes, Ndoye et Pelmard) n’aurait développé de symptomatologie importante. Espérons, pour le groupe de Patrick Vieira, que ça dure.