Espagne : Et le prix de la simulation la plus grotesque de l'année est attribué à....

FOOTBALL L'attaquant de Valence Maxi Gomez, qui a sans doute oublié que la VAR existait dimanche soir

J.L.

— 

Maxi Gomez n'a pas prêché pour sa paroisse lors du match face à Getafe.
Maxi Gomez n'a pas prêché pour sa paroisse lors du match face à Getafe. — Maria Jose Segovia/Shutterstock/SIPA

Les amoureux de la Liga ont sans doute passé un super dimanche soir devant Valence-Getafe (2-2) : du foot léché, des rebondissements, des cartons rouges, et une égalisation des locaux dans les arrêts de jeu, après que Getafe a cru retourner la rencontre juste à temps (87e et 90e).

Ils ont dû se payer aussi une bonne tranche de fou rire devant le plongeon absolument ridicule de Maxi Gomez sur un tacle en apparence un peu sévère d’Arrambari. Sur le coup, tout le monde s’est laissé berner, y compris Omar Da Fonseca et l’arbitre du match, mais l’attaquant uruguayen avait juste dû oublier un instant l’existence de la VAR.

C’est donc au visionnage du ralenti qu'on a pu s'apercevoir de la supercherie, Maxi Gomez s’écroulant comme atteint par une balle alors que le type d’en face taclait un demi-mètre derrière. Carton rouge annulé pour Arrambari et jaune mérité pour Gomez, qui a fait honte au football, sur ce coup-là.