OM-Manchester City : André Villas Boas énervé que l’on critique ses choix après la lourde défaite (3-0)

LIGUE DES CHAMPIONS L’Olympique de Marseille a été largement battu 3-0 par Manchester City mardi soir au stade Vélodrome lors de la deuxième journée de Ligue des champions

Adrien Max

— 

Andre Villas Boas lors du match face à Manchester City, en phase de poules de Ligue des champions.
Andre Villas Boas lors du match face à Manchester City, en phase de poules de Ligue des champions. — Dave Winter/BPI//SIPA
  • L’Olympique de Marseille s’est incliné 3-0 mardi soir au stade Vélodrome lors de la réception de Manchester City pour la deuxième journée de Ligue des champions.
  • André Villas Boas s’est montré agacé après match lorsque les journalistes l’ont interrogé sur ses choix tactiques.

Au stade Vélodrome,

Un 3-5-2, ou 5-3-2, habituellement problématique pour Guardiola, mais pas contre l’OM. André Villas Boas, le coach de l'Olympique de Marseille, avait choisi un 5-3-2 en phase défensive, et 3-5-2 en phase offensive lors de la lourde défaite de l’OM 3-0 contre  Manchester City mardi soir au  stade Vélodrome. Une tactique payante pour l’Olympique Lyonnais lors de leur victoire contre les Citizens à l’occasion du dernier final 8 à Lisbonne. « Un coach de l’Olympique de Marseille ne doit jamais s’inspirer de ce que fait l’OL », s’était amusé Villas Boas avec les journalistes en conférence d’avant match. Le ton était beaucoup moins plaisantant lorsqu’il a fallu expliquer ses choix après la défaite mardi soir.

« Non, pas du tout », a-t-il tranché avec énervement au micro de RMC Sport lorsqu’on lui a demandé s’il regrettait certains de ses choix. « Sur les dix derniers matchs de City, huit équipes ont joué à cinq. Si tu joues à quatre ils vont percer. On voulait chercher de la profondeur, et de la vitesse dans le dos de la défense », a-t-il tenté de se justifier en conférence de presse.

« Vous m’avez massacré »

Et le coach Portugais semblait toujours aussi désabusé lorsque la question des regrets s’est à nouveau posée : « La dernière fois qu’on a voulu jouer contre une équipe de ce niveau, on en a pris quatre et vous m’avez massacré. Je pense que pour vous tous les choix que je prends en ce moment sont tous mauvais. J’ai ce rapport franc avec vous, mais il ne faut pas abuser. » Ambiance.

A la fin du match, les joueurs déploraient pourtant de ne pas avoir su proposer autre chose. « Quand on passe tout le match à 30 mètres de notre but et qu’il reste 70 mètres à parcourir pour aller marquer, c’est dur d’avoir les jambes », regrettait Florian Thauvin. Quand Mandanda s’interrogeait : « On aurait pu essayer de plus jouer peut-être, mais on ne sait pas comment ça se serait passé. »

« Marseille n’a pas l’argent pour faire venir Guardiola »

S’il n’hésite pas à toujours défendre médiatiquement ses joueurs « exceptionnels », bien que pour l’instant incapables de hausser leur niveau de jeu pour la Ligue des champions, André Villas Boas a préféré rappeler quelques vérités… « City est City, ils ont aussi dépensé un milliard en cinq ans. C’est une équipe qui joue très bien, avec un coach qui est un phénomène. Qui joue la possession, qui l’a toujours joué avec Bayern, avec Barcelone, avec City. Malheureusement Marseille n’a pas l’argent pour faire venir Guardiola ici. Si tu as Guardiola, peut être qu’un jour tu auras la possession, malheureusement tu as AVB avec cette tactique et il essaye de faire le mieux pour l’équipe », a-t-il lâché. Ambiance, ambiance.

Espérons que tout ce petit monde retrouvera la confiance pour la double confrontation contre Porto dès mardi prochain, décisive si l’OM veut accrocher les huitièmes de finale qui s’éloignent de plus en plus, ou à minima la Ligue Europa. « C’est le match de la dernière chance, on doit faire mieux, c’est la Ligue des champions, cela fait sept ans que nous n’y avons pas participé, on doit apprendre tous ensemble », a prévenu Florian Thauvin. Avis partagé par l’entraîneur Villas Boas : « C’est la première expérience en Ligue des champions pour beaucoup de joueurs, on doit gagner en expérience et faire mieux, entraîneur inclus. »