F1 : « Je me sens encore physiquement fort », Lewis Hamilton pas près d'arrêter

FORMULE 1 Le Britannique a dépassé le record de victoires en Grand Prix de Michael Schumacher

20 Minutes avec AFP

— 

Hamilton avec la casque de Michael Schumacher, le symbole est magnifique.
Hamilton avec la casque de Michael Schumacher, le symbole est magnifique. — Bryn Lennon/AP/SIPA

Lewis Hamilton, devenu dimanche le recordman absolu des victoires en Formule 1 avec 92 succès (une de plus que Michael Schumacher), a fait dans l'humilité, remerciant avant tout son équipe Mercedes pour son triomphe.

« J'ai pensé un peu à ce que j'ai pu faire et surmonter, mais surtout au travail que nous avons fait collectivement en tant qu'équipe, et je me suis souvenu des débuts quand j'ai pris la décision de la rejoindre, et à tout ce que nous avons accompli depuis », a-t-il confié.

« Aurais-je pensé que nous arriverions jusque là ? Je savais que nous gagnerions des championnats, mais que nous allions remporter autant de courses, bien sûr que non », a-t-il affirmé.

« Ce n'est pas que moi, c'est l'histoire, c'est toute l'équipe », a-t-il souligné, Mercedes étant l'une des marques les plus importantes de la compétition automobile avec Ferrari. Jusqu'où ira le champion britannique, aujourd'hui âgé de 35 ans et seul pilote noir de l'histoire de la F1 ?

« Je n'aime pas dire qu'il n'y a pas de limites. Cela dépendra de l'équipe et de jusqu'où nous voulons aller. Nous n'arrêtons pas d'innover », a-t-il estimé. Mercedes a remporté tous les titres en F1 depuis l'avènement des moteurs hybrides en 2014.

« Je ne pense pas aux chiffres »

Lewis Hamilton a assuré qu'il ne pensait pas pendant la course à son nouveau record. « Quand je viens sur ces courses, je ne pense pas aux chiffres. Cela ne rentre pas dans mon raisonnement. Cette piste est très lisse, nous avions tous des problèmes avec les pneus et je pensais surtout à ce que j'allais dire aux ingénieurs, ou ne pas dire (...) Je pensais que j'apprenais un peu plus à chaque tour sur le circuit, j'essayais des trajectoires différentes, il y avait beaucoup de changements de direction du vent... tout cela dans le but de m'améliorer et d'aller de plus en plus vite », a confié le champion britannique, auteur également du meilleur tour en piste dimanche.

Il n'a pas encore fait officiellement savoir s'il continuerait avec Mercedes dans les années à venir et doit encore discuter du renouvellement de son contrat. Mais le sextuple champion du monde a rappelé ce week-end que les circonstances actuelles, avec la pandémie de coronavirus, bouleversaient passablement les choses et le calendrier des négociations. « Parfois je pense que j'ai 35 ans.... Je me sens encore physiquement fort, mais à quel moment cela va-t-il commencer à changer, quand serai-je moins performant ? Vu le résultat d'aujourd'hui, pas tout de suite », a-t-il assuré.

Il a toutefois confié avoir souffert de crampes en fin de course, sur un circuit particulièrement exigeant pour les pilotes.

« Je n'ai pas bu pendant la course. C'est un circuit très physique. J'ai eu une crampe au mollet et cela m'a fait très mal. Je ne savais pas quoi faire car, à chaque fois que j'appuyais sur la pédale, c'était douloureux. Cela a duré deux tours et puis cela a été mieux », a-t-il dit en conférence de presse, son jeune rival Max Verstappen, 3e dimanche, lui prodiguant alors des conseils sur la meilleure façon de se faire masser.

Cette crampe ne l'a toutefois pas empêché de bondir hors de sa Mercedes une fois sa 92e victoire en poche pour se précipiter dans les bras de son père, venu assister à son triomphe. Comme lorsqu'il débutait en F1 et remportait sa première victoire, en 2007 au Canada.