Olympiakos-OM : Villas Boas rame pour protéger ses joueurs après la défaite

LIGUE DES CHAMPIONS L’Olympique de Marseille s’est incliné face à l’Olympiakos (1-0) mercredi soir en Grèce pour son retour en Ligue des champions après sept ans d’absence

Adrien Max

— 

Dimitri Payet, loin d'être en rythme, pour son retour en Ligue des champions face à l'Olympiakos.
Dimitri Payet, loin d'être en rythme, pour son retour en Ligue des champions face à l'Olympiakos. — LOUISA GOULIAMAKI / AFP
  • L’Olympique de Marseille s’est incliné dans le temps additionnel face à l’Olympiakos (1-0) pour son retour en Ligue des Champions.
  • Villas Boas a préféré prendre la responsabilité de cette défaite.
  • Mais des joueurs comme Dimitri Payet ou Dario Benedetto n’ont pas été à la hauteur du rendez-vous.

Sept ans d’absence pour une défaite cruelle. L’Olympique de Marseille a été battu en toute fin de match par l' Olympiakos, mercredi en Grèce, pour le retour des olympiens en Ligue des Champions, après sept ans d’absence. Les Marseillais peuvent regretter leur deuxième mi-temps, durant laquelle ils n’ont pas existé, après un début de match plutôt réussi. Mais le constat est là, l’OM rentre de Grèce sans avoir pu sauver un point.

« Ça finit très mal pour nous. Ils ont eu cette chance qui nous a tués. A la dernière minute c’est difficile. Oui, je suis très déçu. Normalement on aurait dû rapporter un point », a regretté André Villas Boas au micro d’RMC Sport. Il a préféré endosser la responsabilité, lorsque les journalistes l’ont questionné sur la performance de ses joueurs en conférence de presse : « Vous savez, ce n’est pas la peine de poser ces questions avec moi, je protège mes joueurs. S’ils ne sont pas capables d’être au top niveau, c’est moi le responsable, c’est à moi de les ramener au niveau Ligue des champions. »

Des joueurs loin du niveau Ligue des champions

Dans sa réponse, André Villas Boas admet pourtant à demi-mot que ses joueurs n’ont pas été au niveau du rendez-vous. A commencer par Dimitri Payet, censé être l’un des leaders techniques sur le terrain, qui n’a pas existé. Suspendu en Ligue 1, le milieu de terrain n’était pas du tout en rythme mercredi soir face à l’Olympiakos. Il a cruellement pâti de la comparaison avec l’ancien joueur de l’OM, Mathieu Valbuena, excellent, et auteur de la passe décisive pour le but dans les arrêts de jeu (90+1).

Dario Benedetto, qui n’a plus marqué depuis le 27 février, n’a encore pas pesé sur la défense adverse. Et malheureusement c’est encore plus criant en Ligue des Champions. Il n’a pas touché un seul ballon dans la surface adverse en première mi-temps, et perd un face-à-face crucial face à José Sa, au retour des vestiaires (46e). Son duel perdu à l’épaule quelques minutes plus tard après avoir été lancé par Geye est à l’image de son match. « On a eu des occasions en première mi-temps et aussi au début de la seconde, notamment avec Benedetto et Thauvin, mais je pense que l’on doit en avoir un peu plus. La première équipe qui marquait pouvait l’emporter », a admis André Villas Boas.

« On a eu du mal à se situer devant »

Mais le coach Portugais a raison de prendre une large part de responsabilité au délitement progressif de son équipe. Pourquoi ne pas avoir titularisé Michaël Cuisance que l’on a vu très à son aise en Ligue 1 contre Bordeaux à la pointe d’un milieu à quatre en losange ? Il a préféré Dimitri Payet, dans un 4-3-3 où le Réunionais était un peu partout, mais surtout nulle part. André Villas Boas a même attendu la 75e minute pour faire ses premiers changements, en remplaçant, certes, les moins bons : Benedetto, Payet et Sanson. « On a eu du mal à se situer devant, on a rechangé de système par rapport au dernier match contre bordeaux », a d’ailleurs souligné Valentin Rongier à la fin du match sur RMC Sport.

Cette cruelle défaite face à l’adversaire censé être le plus prenable du groupe place, en tout cas, l’OM dans une situation inconfortable après la victoire du favori City face au FC Porto (3-1). « Ça nous met un peu en difficulté, évidemment, avant de recevoir City. Mais bon, Porto aussi a zéro point », a reconnu André Villas Boas. A lui de faire les bons choix, et de propulser ses joueurs, pour la réception de l’ogre Manchester City mardi prochain (21h) et tenter de créer la surprise.