PSG - Manchester : Rashford meilleur que notre Mbappé national ? On va se détendre un peu

FOOTBALL Le Français a perdu son match dans le match avec l’attaquant mancunien lors du premier match de Ligue des champions de la saison

Julien Laloye

— 

Marcus Rashford, aérien contre Paris
Marcus Rashford, aérien contre Paris — Michel Euler/AP/SIPA

Au Parc des Princes,

Une stat qui a fait les gorges chaudes des haters de Kylian Mbappé, toujours plus nombreux les soirs de défaite. 23 courses à haute intensité pour le Français contre 43 à Marcus Rashford, son équivalent en face, lequel a en plus couru presque deux bornes de plus (un peu plus de 9km, contre 7,5). On vous la fait courte sur le lot de fantasmes que la comparaison charrie. Kyky est surcoté, il ne progresse pas, il est pas foutu de jouer 9, alors que regardez en face, ce bon Marcus, quelle classe pour donner la victoire à MU, autre chose que notre starlette de Bondy, et remets-moi la petite sœur Jacky j’ai le gosier plus sec que le désert de Gobi.

Arrêtons la drogue deux minutes. Sur le match du soir, d’abord. Non Rashford n’a pas été la réincarnation du Ronaldo des nineties. Faut voir ce que le garçon a loupé : Un retour de Diallo en première mi-temps alors que l’Anglais allait se présenter en duel devant Navas, une passe hors sujet pour Martial alors que le jeu commandait d’y aller seul, et deux frappes aimantées par Keylor qui auraient dû/pu faire mouche, au moins la deuxième presque à bout portant.

Alors, certes, le but vainqueur est splendide et il est allé se le chercher comme un grand, mais de là à crier au génie britannique, soyons sérieux. Rashford a-t-il plus couru qu’Mbappé ? Si le diffuseur le dit, pas de soucis. Mais pour ce qu’on en a vu, le Français s’est démené autant qu’il a pu. D’abord dans l’axe, où, il a surtout existé par une ou deux remises bien senties, et ensuite à gauche, pour laisser la place de faux neuf à Neymar.

Rashford, joueur « spécial »

Le champion du monde n’a pas été chiche sur les appels, il aurait pu gratter un penalty sans qu’on crie au scandale, et son enchaînement dans la surface mancunienne, avec double passement de jambes pour envoyer deux défenseurs anglais dans la Tamise et frappe instantanée qui partait petit filet opposé, brrrrrr, on a encore les poils. D’ailleurs, Ole-Gunnar Solskjear, n’a pas voulu départager les deux wonder boys en conf d’après-match.

« Marcus est devenu un très grand joueur, mais c’est difficile de comparer les deux, à part pour dire qu’on a deux attaquants de top niveau pour les 10 ou 15 ans qui viennent. Ils ont tous deux d’énormes qualités, une condition physique impressionnante, de la vitesse, et surtout ils me semblent être deux très bonnes personnes, qui travaillent dur, donc c’est une bonne chose de les voir réussir. »

Très actif dans sa lutte pour les enfants les plus défavorisés en Angleterre, Rashford a d’ailleurs gagné l’estime du Français, qui s’est exprimé à son sujet dans la presse britannique :

« S’attaquer à un problème aussi important que la pauvreté des enfants est l’une des choses les plus importantes que quelqu’un puisse faire. Je respecte donc pleinement le fait qu’il ait fait cela et qu’il essaie de faire un vrai changement. C’est un joueur qui joue avec tellement de confiance. C’est l’un des attaquants les plus dangereux d’Angleterre. Paul Pogba a parlé de joueur spécial – et il ne parle pas souvent des joueurs de cette manière. »

Mbappé a besoin de souffler

Si Rashford est spécial, que dire de notre Mbappé national, dans ce cas ? Pour ne prendre qu’un chiffre parmi d’autres, le premier doit compter 60 buts avec MU et une dizaine en sélection à 23 ans, quand le second a dépassé les 100 buts en L1 approche de la vingtaine de réalisations en équipe de France, avec deux ans de moins. Alors il manquait un petit quelque chose contre Manchester, probablement un peu de fraîcheur, puisque l’attaquant parisien tient un rythme à mettre Stakhanov en arrêt maladie, mais il convient d’être honnête quand on juge Mbappé.

Il était nul en Croatie ? Il marque le but vainqueur à l’arrache. A peine le temps de rentrer, et BIM un doublé contre Nîmes. C’est un peu plus dur en Ligue des champions, où le prodige parisien traverse sa pire disette, avec six matchs de suite sans marquer, mais le gamin va bientôt nous filer entre les doigts. Profitons-en, avant d’avoir de ses nouvelles en matant les résumés du Real Madrid.