Roland-Garros : « Sa gestuelle si négative me surprend », Toni Nadal se paye gentiment Djokovic

TENNIS L’oncle et ancien entraîneur de Rafael Nadal a publié sa dernière chronique de la quinzaine dans le journal « El Pais » après la finale gagnée par son neveu contre Djokovic

J.L.

— 

Toni Nadal à Monte-Carlo le 18 avril 2014.
Toni Nadal à Monte-Carlo le 18 avril 2014. — FP PHOTO / JEAN CHRISTOPHE MAGNENET

Il n’est plus au bord du terrain pour encourager son neveu du regard, mais Toni Nadal n’est jamais bien loin quand on parle de Roland-Garros. De fait, l’ancien entraîneur de Rafa a pris l’habitude de livrer une chronique quotidienne pour le journal El Pais depuis 2017, quand il a décidé de prendre un peu de recul et de laisser la carrière de Rafa aux mains de Carlos Moya.

« Rodgeur et Rafael sont les deux meilleurs de l’histoire »

Pour son dernier petit essai de l’édition 2020, Toni, séduit par la prestation de son ancien élève, n’a pas gardé sa langue dans la poche. « On a vu un Rafael infranchissable dès le premier jeu, et je crois que Djokovic a eu la même sensation et est tombé immédiatement dans une forme de désespoir », a-t-il sobrement commencé, avant de faire l'éloge de Rafa. Mais le Majorquin, qui n’a jamais été un grand fan de Djokovic, n’a pu se retenir d’en mettre une petite au Serbe avant de conclure.

« Je suis surpris qu’un grand champion comme lui se retrouve parfois, et dernièrement plus souvent, avec une gestuelle aussi négative sur le court​. J’ai toujours pensé que veiller à son langage corporel avait une double conséquence : d’abord pour soi et ensuite pour son adversaire ».

Rien que la vérité jusque-là, mais le coup de grâce arrive ensuite : « En dehors des chiffres, Roger Federer et Rafael ont réussi à élever leur sport à l’étage supérieur. Cela me paraît très juste que tous les deux soient considérés comme les deux meilleurs joueurs de l’histoire ». Djoko et ses 17 titres de Grand Chelem peuvent donc aller se rhabiller en pleurant dans le vestiaire ? Un peu raide, le Toni.