TFC : « On a retrouvé une âme »… Favori de Ligue 2, Toulouse n’a pas perdu et c’est déjà beaucoup

FOOTBALL Après deux défaites lors des deux premières journées de Ligue 2, le TFC a concédé un match nul lundi soir au Stadium contre Sochaux. Mais de timides éclaircies commencent à percer un ciel toujours chargé

Nicolas Stival

— 

Le défenseur toulousain Kelvin Amian, l'un des rescapés de la catastrophique saison dernière en Ligue 1.
Le défenseur toulousain Kelvin Amian, l'un des rescapés de la catastrophique saison dernière en Ligue 1. — Frédéric Scheiber / Sipa
  • Contre Sochaux, lundi soir en Ligue 2 (0-0), le TFC n’a pas réussi à mettre un terme à sa terrible série de matchs sans victoire en championnat, désormais portée à 22.
  • Favori pour la remontée, le tout frais relégué a toutefois enfin stoppé l’hémorragie de défaites.
  • Encore en reconstruction, le club qui a presque tout changé cet été espère vraiment lancer sa saison après la fin du mercato, le 5 octobre.

Il y a deux manières de regarder ce TFC-Sochaux (0-0) de lundi soir en Ligue 2. Les supporteurs toulousains les plus blasés observeront que Toulouse, candidat déclaré à la remontée immédiate dans l’élite, a enchaîné un 22e match officiel d’affilée sans succès, dont 20 défaites. Les optimistes objecteront que l’équipe de Patrice Garande a mis fin à une série de huit revers de rang en championnat, démarrée en Ligue 1 après le déplacement à Amiens (0-0, le 1er février), ce qui lui permet de sortir de la zone de relégation à l’issue de cette troisième journée de L2.

Le nouvel entraîneur des Violets penche sans surprise pour la seconde vision, après l’échec inaugural à domicile contre Dunkerque (0-1) puis le naufrage défensif à Grenoble (5-3). « On a débloqué le compteur, constate l’ancien technicien caennais. On est déçu, mais ce n’est pas la même déception qu’à Grenoble car on a joué du début à la fin. C’est un match qu’on mérite de gagner. On est en train de reconstruire quelque chose. »

Le TFC a globalement dominé mais ne s’est finalement créé que peu de grosses occasions, à l’exception de la frappe d’Amine Adli repoussée par le gardien sochalien Maxence Prévot dès la 1re minute, et le tir de 35 mètres en « rainbow shot » de Sam Sanna à la 37e. Mais au moins n’a-t-il pas craqué sur coups de pied arrêtés, son péché mignon, et montré une certaine assise défensive malgré la méforme persistante de Bafodé Diakité.

Premières apparitions pour Dejaegere et Healey

« On a retrouvé une âme, un état d’esprit, des choses qu’on n’avait pas vues depuis le début de saison », remarque Maxime Dupé, le gardien qui retournera samedi avec le TFC à Clermont où, prêté par Nantes, il avait brillé en 2019-2020.

Au rayon des recrues, après le Néerlandais Van den Boomen, l’Ivoirien Bayo et le Colombien Machado les semaines précédentes, ce sont le Belge Dejaegere et l’Anglais Healey qui ont fait leur première apparition en Violet ce lundi peu après l’heure de jeu. Des débuts plus prometteurs pour le premier au milieu que pour le second en attaque.

« Il reste encore trois semaines avant la fin du mercato [le 5 octobre], on veut tenir jusque-là », explique Dupé. Car, comme le confirme Garande, « c’est une période très compliquée ». Le technicien a confirmé encore attendre du renfort mais aussi des départs : « J’ai trop de monde, avec 31 joueurs sous contrat. »

Une « nouvelle saison » à la fin du mercato

Les départs de Moreira, Rogel, Bostock, Mubele ou Leya Iseka sont souhaités alors qu’Ibrahim Sangaré (malade et absent contre Sochaux), malgré ses prestations spectrales, garde une belle cote. Il faudra aussi conserver le joyau Manu Koné, tellement au-dessus techniquement dans l’entrejeu. Ce TFC made in US, qui a presque tout changé à l’intersaison, n’est pas au bout de ses peines. « Le 5 octobre, c’est une nouvelle saison qui commence », assène Garande. « Nous ne sommes pas bien partis, mais je peux vous garantir que ce n’est pas fini. » Il va bien falloir gagner un jour, quand même.