Coronavirus : « On a mis fin aux concours de créativité », La LFP confirme l'arrêt de la saison et donne le titre au PSG

FOOTBALL Marseille et Rennes iront en Ligue des champions, Amiens et Toulouse descendent en Ligue 2

J.L.

— 

Marco Verratti lors de la célébration du titre du PSG, le 16 mai 2016 au Parc des Princes.
Marco Verratti lors de la célébration du titre du PSG, le 16 mai 2016 au Parc des Princes. — JEFFROY GUY/SIPA

La Ligue de football professionnel (LFP) a suivi jeudi les injonctions sanitaires du gouvernement français en actant l’arrêt définitif de la saison de Ligue 1, a-t-elle annoncé, arrêtant en conseil d’administration un classement qui sacre le PSG et prive a priori Lyon de qualification européenne.

Cette décision fera des heureux, comme Marseille et Rennes, qualifiés ainsi pour la Ligue des champions, et des perdants, comme Lyon, relégué à la 7e place et privé, en l’état, d’une qualification européenne pour la première fois depuis plus de vingt ans, selon le « classement final » dévoilé par la LFP en conférence de presse téléphonique. Toulouse et Amiens seront pour leur part relégués, et Lorient et Lens promus de L2, ce qui annonce peut-être une vague de litiges devant la justice sportive et administrative.

L'OM en C1, Lens en L1, Lyon en PLS

« Il y aura peut-être des recours, mais nos décisions sont solides au regard de nos statuts et ont mis fin aux concours de créativité qui agitaient les médias », a expliqué Didier Quillot, le Directeur Général de l’instance, précisant que la LFP avait travaillé en symbiose avec l’UEFA et la FFF pour élaborer cette solution de classement sur un principe de quotient de points en fonction du nombre de matchs disputés. A ce petit jeu, Rennes devance Lille pour la place de barragiste en C1, tandis que Nice et Reims ont un meilleur ratio que l’OL pour les deux dernières places qualificatives en Ligue Europa.

« Si on peut jouer à huis clos en août, si les conditions sanitaires le permettent, on réfléchira à jouer les finales de Coupe avant la reprise du championnat », a précisé Didier Quillot. Cela signifie qu’en cas de victoire face au PSG, Saint-Etienne et Lyon peuvent encore prétendre à l’Europe en dernier recours, mais cela reste très théorique. En actant cette décision sans laisser l’Assemblée Générale du 20 mai prochain en débattre, au contraire des montées/descentes entre la L2 et le National (Lens et Lorient montent en L1), La LFP a choisi de mettre fin aux déclarations intempestives des uns et des autres pour faire valoir leur point de vue.

« Nous avons pu trouver incédent la cacophonie ambiante »

« On a pris le parti de travailler plutôt que de s’exprimer dans la presse pour pouvoir essayer de trouver de solutions pour le foot français qui traverse une crise sans précédent, a tonné Nathalie Boy de La Tour, la présidente de la LFP. Nous avons pu trouver assez indécent la cacophonie ambiante quand on parle de 20 000 morts en France à cause du Covid-19. On est dans un milieu ou il y a beaucoup de testostérone et des présidents avec un ego important. Nos dissensions se sont un peu trop répandues dans la presse, mais j’espère que les choses vont être plus claires maintenant ». A en croire l’avertissement d’Olivier Sadran, qui a déjà promis à la Ligue une guerre de tranchées juridique, et en attendant la réaction de Jean-Michel Aulas, on se permet de douter encore un peu.