Coronavirus : Bon dernier de Ligue 1, le TFC brandit la menace d’un recours en cas de relégation

FOOTBALL Alors que la LFP doit figer le classement de Ligue 1, le TFC est promis à la descente en Ligue 2. Mais Olivier Sadran, président du dernier de L1, ne semble pas disposé à lâcher l’affaire

N.S. avec AFP

— 

Olivier Sadran, le président du TFC, le 6 janvier 2020 au Stadium de Toulouse.
Olivier Sadran, le président du TFC, le 6 janvier 2020 au Stadium de Toulouse. — Nicolas Stival / 20 Minutes
  • Alors que la saison 2019-2020 de Ligue 1 ne reprendra pas, la Ligue de football professionnel (LFP) doit figer le classement de Ligue 1. Le TFC, 20e et dernier, descendrait alors en Ligue 2.
  • Le président toulousain Olivier Sadran se « réserve le droit de déposer un recours juridique » contre cette décision.
  • Avant l’interruption de la saison, les Violets ne comptaient que 13 points, avec 14 longueurs de retard sur Nîmes, barragiste.

Un championnat de Ligue 1 arrêté, un classement figé et un TFC relégué en Ligue 2. C’est le scénario que doit entériner ce jeudi le conseil d’administration de la Ligue de football professionnel (LFP), contraint de composer avec les conséquences de l’épidémie de coronavirus. Mais le président Olivier Sadran avertit : son club se « réserve le droit » de déposer un recours juridique si la lanterne rouge de L1 était rétrogradée administrativement, après un arrêt anticipé de la compétition.

« On ne sait pas si on le fera, c’est encore trop tôt pour le dire, mais on se réserve le droit de le faire », a déclaré le patron des Violets, qui ne comptait que 13 points au bout de 28 journées, avant la suspension de la compétition, le 13 mars.

Malgré un pauvre bilan de trois victoires pour quatre nuls et 21 défaites, combiné à un débours de 14 points sur Nîmes (18e et barragiste), le TFC n’a donc peut-être pas renoncé à la L1, qu’il fréquente sans discontinuer depuis 2003. Avec un argument principal : 30 points restent en jeu lors des dix dernières journées, donc l’équipe toulousaine n’est pas mathématiquement condamnée. Même si elle restait sur 18 matchs sans victoire au moment de l’interruption…

Le site LesViolets.com a publié ce jeudi une lettre adressée la veille par l’homme d’affaires à la présidente de la LFP Nathalie Boy de la Tour et au président de la Fédération (FFF) Noël Le Graët. « Toute décision unilatérale de rétrogradation constituerait une sanction non prévue par les règlements applicables » est-il écrit dans ce document. Elle « serait immédiatement contestée devant les juridictions compétentes ».

Invité à réagir par 20 Minutes, Olivier Sadran a simplement lâché : « Ce n’est pas la teneur du courrier ».