Coronavirus : Après l’île privée, l’UFC veut organiser un combat de MMA dans une réserve indienne aux Etats-Unis

MMA La ligue professionnelle de MMA espère ainsi échapper à des sanctions liées aux mesures pour lutter contre le coronavirus

A.L.G. avec AFP

— 

Tony Ferguson (à droite) pourrait bientôt combattre dans une réserve indienne.
Tony Ferguson (à droite) pourrait bientôt combattre dans une réserve indienne. — Rey Del Rio / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Après l’île déserte, la réserve indienne. Selon le New York Times, l’UFC, la plus importante ligue professionnelle d’arts martiaux mixtes (MMA), veut contourner les directives d’interdiction liées au coronavirus ayant mis le sport à l’arrêt aux Etats-Unis, en organisant un combat dans une réserve en Californie le 18 avril. Les promoteurs avaient un temps annoncé avoir trouvé une « île privée » pour y organiser leurs prochains combats à huis clos, mais il semblerait que l’idée soit tombée à l’eau.

Selon le quotidien américain, Dana White, patron de l’Ultimate Fighting Championship, prévoit la tenue de la soirée « UFC 249 » au Tachi Palace Resort Casino, dans la ville de Lemoore non loin de la forêt nationale de Sequoia. En effet, le casino, fermé depuis le 20 mars en raison de la pandémie de Covid-19, est situé sur un terrain appartenant à la tribu Tachi-Yokut.

L’UFC veut filouter

Les réserves indiennes, sous tutelle du gouvernement fédéral américain (Département de l’intérieur), fonctionnent généralement indépendamment des États dans lesquels elles se trouvent. En organisant l’événement sur ces terres tribales, les organisateurs pourraient échapper à des sanctions de la part de la Commission athlétique de l’Etat de Californie qui régit les sports de combat.

L’UFC 249 devait initialement proposer un combat entre le champion des poids légers Khabib Nurmagomedov à l’Américain Tony Ferguson mais le Russe a renoncé en raison du coronavirus. A la place, Ferguson devrait affronter son compatriote Justin Gaethje.