Patinage : « Ces élections sont prématurées »…. Candeloro ne sera pas candidat à la présidence de la Fédération

ELECTION L'ancien patineur a publié une longue lettre pour justifier sa position 

N.C.

— 

Philippe Candeloro a annoncé qu'il ne se présenterait pas à l'élection du nouveau président de la Fédération française des sports de glace.
Philippe Candeloro a annoncé qu'il ne se présenterait pas à l'élection du nouveau président de la Fédération française des sports de glace. — RETMEN/SIPA

Philippe Candeloro n’en sera pas. Cité parmi les candidats potentiels à la succession de Didier Gailhaguet, l’ancien patineur a fait savoir vendredi qu’il ne se présentera pas à l’élection du nouveau président de la Fédération française des sports de glace (FFSG), prévue le 14 mars.

« L’actualité de ces dernières semaines qui ont bouleversé le monde du patinage me permettent de dire que ces élections sont prématurées et qu’aucun candidat ou candidate n’a pu se préparer convenablement à "endosser" un tel rôle, écrit Candeloro. Trop de précipitations ne pourront résoudre les problèmes de fond qui règnent dans notre maison mère depuis plusieurs décennies, car croyez-moi, ce n’est pas qu’une question de personnes… C’est la raison pour laquelle, avec un immense regret, je vous annonce mon impossibilité de postuler à la présidence de la Fédération. »

Quatre candidats en lice

Le double médaillé de bronze olympique assure qu’un « grand nombre de personnalités » lui avaient demandé de se lancer dans la course, et qu’il aurait pu briguer la présidence « en toute légitimité ». Mais les conditions ne sont selon lui pas réunies, donc.

L’élection du 14 mars mettra aux prises quatre candidats : l’ancienne patineuse Nathalie Péchalat, l’ancienne juge de patinage Marie-Reine Le Gougne, le président d’Angers Damien Boyer-Gibaud et l’ancien vice-président de la FFSG, Hubert Godefroy.