Violences sexuelles dans le patinage : Annick Dumont nie avoir tu des accusations concernant Gilles Beyer

PATINAGE L'ancienne épouse de Beyer et Gailhaguet est accusée par une ancienne patineuse de n'avoir rien dit 

W.P.

— 

Patinage artistique, illustration
Patinage artistique, illustration — Sergei Bobylev/TASS/Sipa USA/SIPA

Annick Dumont a-t-elle passé sous silence les accusations d’une ancienne patineuse qui lui avait fait part de gestes déplacés de Gilles Beyer ? Agnès Tavernier-Gosselin, ex-championne de France cadette et senior, racontait mardi à l’Obs avoir été victime de gestes déplacés de l’entraîneur (« mains aux fesses, sur la poitrine »), qu’elle a connu à l’Insep (ou Dumont était sa chorégraphe) et Champigny. L’ancienne patineuse dit avoir informé Annick Dumont, qui lui aurait conseillé de se taire pour ne pas gâcher sa carrière.

Dans un entretien accordé à L’Equipe, l’ancienne épouse de Gilles Beyer et Didier Gailhaguet nie les accusations en bloc. « Je cherchais depuis longtemps à divorcer de Gilles Beyer. Si, à ce moment-là, on m’avait signalé de tels agissements de sa part, j’aurais immédiatement saisi cette opportunité. C’était la haine profonde entre nous. Je ne pouvais passer à côté d’une telle révélation qui m’aurait en plus aidée dans ma procédure. »

Annick Dumont dit en outre n’avoir jamais eu vent des accusations de viol contre Beyer. Je ne pensais pas qu’il y avait un problème de cette ampleur. « Je l’ai toujours pris pour un gros dragueur lourdaud avec une grande tchatche et un énorme ego. Et c’était un pilier de bar. Tout le monde aimait bien boire avec lui. Il y a un vrai problème d’alcool dans notre sport. »