Losc-PSG : Christophe Galtier remonté contre l’arbitrage après la défaite de son équipe face au leader de la Ligue 1

Football Christophe Galtier n’a pas apprécié la décision de l’arbitre sur l’action qui a précédé le deuxième but des Parisiens

Vincent Billet

— 

L'entraîneur lillois Christophe Galtier.
L'entraîneur lillois Christophe Galtier. — A. Fosker
  • Le PSG a fait le break, ce dimanche soir face à Lille, après une faute de main de Reinildo dans la surface.
  • Pour Christophe Galtier, il y avait faute sur un joueur lillois en amont de cette action décisive.
  • L’entraîneur lillois a donc estimé devant la presse que le penalty accordé au PSG avait été « injustement sifflé ».

On l’a vu pester au bord du terrain, et pas qu’un peu, au moment du penalty accordé au PSG pour une main de Reinildo dans la surface. Et aussi au micro de Canal+, encore à chaud, après la fin de la rencontre perdue par son équipe (0-2) face au leader de la Ligue 1.

Dans la ligne de mire de Christophe Galtier, l’arbitrage d’Amaury Delerue sur cette action décisive. Et notamment un contact sur Jonathan Ikoné non sifflé, quelques secondes avant cette faute offrant aux Parisiens l’occasion de faire le break. « Pour moi, il y a faute, je ne vois pas comment on ne la siffle pas, a-t-il lâché lors de son interview par un journaliste de la chaîne cryptée. Le règlement prévoit que l’on peut revenir aussi loin. C’est déjà difficile de jouer contre le PSG. On est sanctionné lourdement… »

Plusieurs erreurs d’arbitrage notables

Quelques minutes plus tard, la colère était un peu retombée, mais le fond de son analyse est resté le même sur ce « fait de match lourd de conséquences » et ce « penalty injustement sifflé. » L’action aurait en effet mérité d’être revue, comme celle du défenseur lillois, afin de clarifier les choses.

Le match d’Amaury Delerue a en tout cas été très moyen, avec plusieurs erreurs commises en première période, une semelle oubliée de Benjamin André sur Neymar, un carton injustement donné au même Lillois sur une chute de Gueye, et une faute grossière de Diallo sur Osimhen, seulement sanctionnée d’un coup franc.

Encore plus frustrant, le quasi arrêt de Maignan

« Est-ce qu’on aurait pu battre Paris ? Je ne sais pas, a reconnu Christophe Galtier. Ce que je sais, c’est que la fin de match était forcément plus compliquée avec deux buts d’écart. » Difficile de le contredire…

La frustration lilloise était d’autant plus grande que Mike Maignan a failli sortir le penalty du Ney, pas forcément bien tiré. Cela aurait totalement relancé un Losc alors en difficulté physiquement. Au contraire, ce second but du Brésilien a permis au PSG de maîtriser la fin de rencontre, hormis une seule frayeur sur un but de Loïc Rémy refusé pour une position de hors-jeu.