Coupe de France : « Notre parcours restera gravé dans les mémoires », espèrent les Réunionnais de Saint-Pierre éliminés

FOOTBALL La belle aventure de la JS Saint-Pierroise s'est arrêtée samedi à Epinal (1-0)

Thibaut Gagnepain

— 

Joé Damour ne pouvait cacher sa déception à l'issue de la partie, au milieu de ses supporters.
Joé Damour ne pouvait cacher sa déception à l'issue de la partie, au milieu de ses supporters. — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • La JS Saint-Pierroise, le Petit Poucet de ces 16es de finale de la Coupe de France, a été éliminée samedi à Epinal.
  • Malgré cette défaite 1-0, c'était quand même la fête en tribunes avec près d’un millier de supporters réunionnais.
  • Les joueurs et l’entraîneur de la JSSP voulaient retenir une certaine fierté malgré l’élimination. Leur parcours reste historique pour une équipe de l’île.

A Epinal,

Qu’est-ce que ça aurait été en cas de qualification ! Pétards, fumigènes, chants, danses, envahissement de terrain… Les Réunionnais de la JS Saint-Pierroise ont quitté la Coupe de France sur un air de fête, samedi à Epinal. Leurs supporters, près d’un millier, ne leur en voulaient pas. Surtout après une défaite au bout de la prolongation (1-0, 118e)  et après avoir tenu plus de 100 minutes à 10 contre 11.

« C’était dur mais on y a cru jusqu’au bout. Ce n’est vraiment pas facile de perdre comme ça », réagit le défenseur Alexandre Loricourt, au bord des larmes. « C’est dommage de prendre un but sur coup de pied arrêté car on les avait travaillés toute la semaine… », ajoute son partenaire Gérard Huber, en revoyant la scène. Soit Adel Berkane battre au deuxième poteau et à bout portant le gardien Ibrahima Dabo, jusque-là excellent.

« Il faut que je dise la vérité, je suis nul aux penaltys ! »

« Oui, j’ai eu pas mal de boulot », rigole ce dernier en avouant qu’il se voyait déjà à la séance de tirs au but. En aurait-il été le héros ? « Il faut que je dise la vérité, je suis nul aux penaltys ! Mais les tireurs peuvent aussi tirer à côté et j’en ai déjà arrêtés. » Pas cette fois donc mais il se sera illustré avec plusieurs parades de haut niveau, quand les Vosgiens poussaient.

Avec l’exclusion prématurée de l’avant-centre Fontaine dès la 14e minute, la rencontre a ressemblé à une séance d’attaque-défense. « Ce fait de jeu m’agace et a tout changé », avoue l’entraîneur de la JSSP Christian Dafreville, qui a pu s’entretenir avec l’arbitre à l’issue de la partie. Eric Wattelier lui a alors expliqué qu’Abdoulaye Niang présentait une « grosse entaille très profonde » au niveau du tibia gauche à sa sortie sur civière. Il ne pouvait donc faire autrement que de brandir le carton rouge.

"Fier de mes joueurs"

« Je suis quand même fier de mes joueurs, reprend le technicien. On n’a pas échoué car ils ont tout donné dans des conditions difficiles. On est entré dans l’histoire en étant le premier club réunionnais en 16es de finale de la Coupe de France. Je remercie aussi le public car si on a eu autant de cœur et de vaillance, c’est grâce à eux. »

« On a montré lors des tours précédents et encore aujourd’hui une belle image du foot réunionnais. Notre parcours restera gravé dans les mémoires », complète Gérard Huber en s’attendant à encore un bel accueil à leur retour sur l’île. Comme quand ils avaient eu droit à une arrivée digne de stars après le tour précédent.

« Je ne sais pas trop si ce sera pareil, on a perdu quand même », fait mine de s’interroger Ibrahima Dabo, avant vite de se reprendre. « J’espère qu’ils ne nous en voudront pas trop. » Son partenaire Joé Damour, grand frère de l’ancien pro Loïc, a déjà une petite idée pour la suite. « On va se remettre au travail pour faire la même chose l’an prochain. » Avec, peut-être, une qualification en huitièmes de finale au bout. Alors quelle fête ce sera…