Strasbourg : Avec ses jeunes Simakan, Sissoko, Bellegarde, Fofana ou Caci, le Racing va-t-il faire fortune ?

FOOTBALL Les jeunes joueurs du Racing ont la cote sur le marché des transferts

Thibaut Gagnepain

— 

Youssouf Fofana, 21 ans, est estimé à 6 millions d'euros par le site spécialisé Transfermarkt.
Youssouf Fofana, 21 ans, est estimé à 6 millions d'euros par le site spécialisé Transfermarkt. — Elyxandro CEGARRA/SIPA
  • 15 millions d’euros voire plus… Des montants de transfert très élevés sont parfois évoqués pour les jeunes talents du Racing.
  • Mais que valent vraiment les Simakan, Sissoko, Fofana, Caci ou Bellegarde ? On a posé la question à des agents.
  • Leurs avis divergent mais le Racing peut se préparer à de fortes plus-values.

70.000 euros. C’est le montant de la dotation que pourrait toucher le RC Strasbourg en cas de qualification en huitièmes de finale de la Coupe de France, samedi contre Angoulême. Une somme non-négligeable mais presque dérisoire par rapport à ce qui attend le club lors des prochains mercatos.

Quinze millions d’euros pour Ibrahima Sissoko (22 ans) ou Youssouf Fofana (21 ans), au moins autant pour Mohamed Simakan (19 ans)… Les montants les plus fous sont évoqués pour les jeunes talents alsaciens. « Il faut toujours faire très attention entre les chiffres donnés par la presse et ceux qui correspondent à la réalité, nuance l’agent de joueurs Christophe Hutteau. Mais il n’est pas étonnant que ces jeunes aient une cote importante, vu leur potentiel. Des clubs vont vouloir investir sur eux et les faire arriver à maturité en vue d’éventuelles reventes bien plus importantes. C’est l’économie actuelle du foot. »

L’exemple Aholou

Le Racing peut en parler. En janvier 2017, il avait récupéré Jean-Eudes Aholou contre 500.000 euros avant de le céder à l’été 2018 pour… 14 millions à Monaco. Un record bientot battu ? « Ludovic Ajorque partira pour plus de 15 millions, c’est une denrée rare avec un gabarit rare », assure un autre agent. « Pour les jeunes, il faut leur laisser le temps de grandir et je ne vois pas Marc Keller [le président] les brader. Il n’en a pas besoin. Sa devise c’est agir avec efficacité et économie. Mais c’est sûr, ce sont des potentiels. »

Mohamed Simakan présente peut-être le plus important. Pour sa première saison chez les pros, le défenseur s’est rapidement imposé comme un titulaire. « Son prix sur le marché, comme pour d’autres joueurs, ne va généralement pas à la baisse. Jouer leur donne une exposition », explique Badou Sambague, l’un des avocats qui gère ses intérêts. Il reconnaît avoir déjà eu des approches pour le natif de Marseille mais l’idée est au moins de finir la saison en Alsace.

Simakan « ne partira pas en dessous de 10 millions d’euros »

Pour ensuite aller voir ailleurs ? « On n’en est pas là. S’il y a des opportunités qui conviennent au club et à Mohamed, elles seront étudiées, répond le représentant. A mon avis, il ne partira pas en dessous de 10 millions d’euros. Des joueurs qui jouent à cet âge-là en Ligue 1, c’est assez rare. Partir pour moins que ça, ce serait même irrespectueux pour Strasbourg. »

« Pour lui, je ne sais pas encore car il vient d’exploser mais je pense que Bellegarde ou Fofana seront transférés pour plus de 15 millions », réagit Christophe Hutteau, particulièrement fan de l’ancien Lensois, 21 ans, arrivé cet été à la Meinau. « Il avait d’autres offres avec plus de paillettes mais il a choisi Strasbourg pour ne pas griller des étapes et je trouve qu’il franchit les paliers », poursuit l’agent.

Anthony Caci (22 ans) aussi, souvent aligné à des postes différents en défense et rarement décevant. Aucun des agents contactés n’en parle toutefois comme d’une potentielle valeur marchande importante. Ce qui ne changera rien à l’affaire : le Racing peut se préparer à quelques belles recettes. « Je ne sais pas si le club est assis sur une montagne d’or mais les fondations sont solides et ça laisse augurer de beaux lendemains entre actifs et hausse des droits télé, conclut Christophe Hutteau. Le budget pourrait alors augmenter et les objectifs aussi. » Ça, c’est une autre histoire.