FC Nantes-Angers : La « malédiction » s’arrête (et c’est mérité) à 52 ans pour le SCO à Nantes

FOOTBALL Les Angevins n’avaient pas gagné à Nantes depuis 1967… Samedi soir, le SCO s’est enfin imposé (1-2) contre les Canaris, à la Beaujoire

David Phelippeau

— 

La joie des Angevins sur le deuxième but, celui de la victoire historique.
La joie des Angevins sur le deuxième but, celui de la victoire historique. — LOIC VENANCE / AFP
  • Angers SCO est allé gagner (1-2) (avec la manière) samedi soir à Nantes.
  • Un succès qui vient mettre fin à 52 ans d’infortune pour le SCO en terres nantaises.

Avant le derby, samedi soir, l’entraîneur Stéphane Moulin avait écrit le chiffre sur le paperboard du vestiaire « en gros et en gras », selon Romain Thomas. Cela faisait 52 ans que le SCO n’avait plus gagné à Nantes. Depuis, samedi soir, 22h30, il faut parler au passé car Angers est venu s’imposer (logiquement) 1-2 à la Beaujoire. « On voulait que l’histoire s’arrête là, reconnaît Stéphane Moulin, coach d’un SCO 8e de Ligue 1. 52 ans c’est beaucoup déjà. On avait à cœur de stopper ça. Il ne suffit pas de le dire, il fallait être en capacité de le faire. On l’a fait avec la manière donc c’est encore plus beau. »

Menés 1-0 à la pause, les Angevins ont déroulé leur jeu alerte en seconde période et ont inscrit deux buts par Bobichon et El Melali. « Le scénario rend ce match encore plus fou pour nous, poursuit Moulin. C’est un petit cadeau de Noël pour tous ceux qui nous supportent. » Et ils étaient nombreux à la Beaujoire samedi. On a pu s’en rendre compte sur les deux réalisations du SCO. « On a mis fin à une malédiction », embraie le président Saïd Chabane, qui a augmenté la prime d’après-match.

Une victoire complètement méritée contre le voisin nantais

Le défenseur Romain Thomas voit un signe pour l’avenir dans cette victoire historique. « Je suis là depuis le début de la Ligue 1 [5e saison] et je vois les progrès. Les joueurs grandissent. On recrute des meilleurs éléments qu’au début. On sait qu’on n’est pas les meilleurs, il y aura des couacs dans la saison. On a tendance à dire que les autres sont bons, mais on peut aussi penser à nous car on a vraiment de la qualité. J’estime que ce soir la victoire est amplement méritée. » D’ailleurs, si le SCO l’avait emporté 3 ou 4-1, il n’y aurait rien eu à redire.

« C’est un gros soulagement de gagner enfin ici, poursuit Romain Thomas. Cela fait la 7e saison que je suis au club et j’en entends tellement parler de ce derby contre Nantes, même sur les matchs amicaux. On prend ça à cœur chez nous, peut-être moins qu’ici [à Nantes]. »

Deux victoires pour le SCO contre Nantes en 2019

Dans les couloirs de la Beaujoire, l’euphorie du succès un peu passée, Saïd Chabane ne plastronne pas quand on lui demande si le SCO est en train de rattraper le FCN. « On a 40 ans d’absence en Ligue 1 et on ne peut les effacer en quelques années, ce n’est pas possible. Les bases, la culture nantaise… Les Nantais ont pris de l’avance. Il n’y a qu’à visiter les deux salles de trophée pour comprendre. » Stéphane Moulin conclut, tout sourire : « On inverse le cours des choses car en 2019 on les a battus deux fois. » Une fois à Raymond-Kopa le 20 janvier (1-0) et une autre fois samedi soir, mais cette fois-ci en terres nantaises.