Stade Toulousain : Un doublé contre Montpellier… Le joyau Romain Ntamack brille, même sous la pluie

RUGBY Derrière des avants conquérants et sous une pluie battante, Romain Ntamack a inscrit les deux seuls essais de la victoire du Stade Toulousain contre Montpellier (23-9), ce dimanche en Coupe d'Europe

Nicolas Stival, au stade Ernest-Wallon

— 

Romain Ntamack, ou l'éloge de la facilité.
Romain Ntamack, ou l'éloge de la facilité. — Pascal Pavani / AFP
  • Le Stade Toulousain s’est rapproché des quarts de finale de la Coupe d'Europe, grâce à sa victoire sur Montpellier dimanche (23-9), sa troisième en trois journées.
  • Romain Ntamack a marqué les deux seuls essais d’une rencontre disputée dans des conditions très compliquées, sous une pluie incessante.
  • A 20 ans, l’ouvreur ou centre est déjà « un joueur de classe mondiale » pour son manager Ugo Mola.

A l’applaudimètre, il est toujours difficile de rivaliser avec Cheslin Kolbe, lors d’un match disputé à Ernest-Wallon. Mais le héros dominical du Stade Toulousain n’a pas été, pour une fois, le zébulon champion du monde avec l’Afrique du Sud, de retour en club et entré à la 56e minute sous les vivats de la foule lors du succès européen sur Montpellier (23-9).

Derrière des avants conquérants, à qui l’intéressé a tenu « à tirer [son] chapeau » c’est Romain Ntamack qui a brillé sous une pluie battante, pour inscrire les deux seuls essais d’un match aussi spongieux que laborieux. Le manager Ugo Mola évoque un « joueur de classe mondiale » au moment de parler de son tout jeune trois-quarts de 20 ans, ouvreur avec le XV de France, plus souvent centre en club. Polyvalent et « waterproof », donc.

C’est d’ailleurs avec le numéro 12 dans le dos que la révélation de l’année, dixit World Rugby, a porté Toulouse vers son cinquième succès d’affilée, le troisième en Champions Cup, qui rapproche les Rouge et Noir des quarts de finale, avant la « revanche » programmée dans l’Hérault, samedi.

L’hommage aux « gros »

« Mon doublé ? Le premier essai [36e], c’est grâce aux "gros", minimise cet enfant de la balle (ovale), fils d’Emile et neveu de Francis, également internationaux. Je n’ai plus qu’à m’écrouler dans l’en-but. Le second [51e], c’est grâce à la pression collective. C’est tout un collectif qui est récompensé aujourd’hui. »

Discours convenu, mais en grande partie exact, tant le pack haut-garonnais a roulé sur son homologue héraultais, pourtant réputé rugueux.

Non, ce n'est pas la sortie du Conseil des ministres.
Non, ce n'est pas la sortie du Conseil des ministres. - Nicolas Stival / 20 Minutes

Il n’empêche : sur la seconde réalisation, Ntamack Jr (12 sélections) s’est quand même chargé d’intercepter une passe de François Steyn, avant de se lancer dans un 50 mètres jusqu’à la ligne adverse. Classieux, comme souvent avec la future star du rugby mondial. Même si l’action était moins chaloupée que son slalom victorieux contre Clermont (34-8), le 9 novembre en Top 14, lors de son premier match à Toulouse au sortir d’une Coupe du monde réussie.

Avec le champion de France, cet attaquant inspiré, également défenseur acharné, ne bute pas, comme il le fait en Bleu. Il peut ainsi pleinement se concentrer sur son jeu, pendant que la « machine » Thomas Ramos enquille au pied, comme l’arrière, très remuant par ailleurs, l’a encore fait face au MHR (13 points à 100 % de réussite).