Coupe du monde de rugby : « Même les Blacks arrivent pas à faire les matchs qu’on fait », le discours de patron de Guirado après la défaite

RUGBY Le talonneur des Bleus a pris sa retraite internationale à l'issue du quart de finale perdu face aux Gallois

J.L.

— 

Guilhem Guirado a vécu son dernier match avec l'équipe de France contre le Pays de Galles.
Guilhem Guirado a vécu son dernier match avec l'équipe de France contre le Pays de Galles. — Christophe SIMON / AFP

Le capitaine le plus déprimé de l’histoire des Bleus va enfin pouvoir passer autre chose. Guilhem Guirado, à peine 40 % de victoire en carrière avec le brassard en sélection, a dit adieu à sa carrière internationale sur une nouvelle défaite impardonnable contre le Pays de Galles, après tant d’autres épisodes lors des saisons précédentes.

Mais reconnaissons au Toulonnais une certaine dignité. Jamais il ne s’est défilé malgré des résultats anémiques et un comportement collectif plombé par des défaillances individuelles jusqu’au bout du bout, avec le pétage de fusible incompréhensible de Sébastien Vahaamahina contre le Pays de Galles.

Son discours de fin du bal dans le vestiaire, capté par les caméras de TF1, a été exemplaire, une fois de plus. Il a commencé par couper son équipier qui s’excusait pour sa bévue (« J’ai pété un plomb, c’est impardonnable »​) afin de ne pas l’accabler, puis il a transmis le flambeau avec émotion à la génération d’après, celle qui sera chargée de refaire de l’équipe de France une nation qui compte. Un monologue sincère et émouvant.

« Je voulais vous dire que je suis fier de vous. Je nous voyais pas rentrer ce soir franchement, je nous voyais gagner. Ça fait longtemps qu’on perd sur les mêmes erreurs, mais je vous promets que ce qu’on arrive à faire, vous pouvez regardez tous les matchs internationaux que vous voulez, je vous promets qu’il n’y a pas une seule équipe qui arrive à le faire, même les Blacks. Regardez-moi dans les yeux. Même les Blacks. Tous les jeunes qui vont continuer, regardez-moi bien on a bouffé notre pain noir, maintenant c’est fini. Vous allez gommer ces petites erreurs. On oublie encore trois essais ce soir, minimum. Trois essais, vous vous rendez compte ? C’est eux la première ou deuxième nation mondiale ? Ils se sont chié dans le froc tout le match ».