Losc-Chelsea : 50, 80, 100, mais pour combien de plaques va partir Osimhen l’été prochain ?

FOOTBALL Seul buteur du Losc dans la défaite face à Chelsea, l'attaquant nigérian a une nouvelle fois démontré qu'il a les qualités pour aller très haut

Christophe Kuchly

— 

Osimhen et les Lillois n'ont pas été vernis face à Chelsea.
Osimhen et les Lillois n'ont pas été vernis face à Chelsea. — DENIS CHARLET / AFP

Au stade Pierre Mauroy,

Il aurait pu être le héros mais a fait beaucoup d’autres choses. Victor Osimhen a marqué face à Chelsea, ouvrant son compteur européen pour son deuxième match dans la compétition. Il a aussi raté un face-à-face avec Kepa, un but qui aurait permis aux Lillois de continuer à croire dans leur rêve européen, eux qui ont de plus en plus de chances de faire une énorme plus-value au moment de le vendre.

Le Nigérian de 20 ans s’est une nouvelle fois battu sans relâche, même quand ses partenaires ne parvenaient pas à le servir. Plus rapide que Kurt Zouma, il a sans cesse cherché à exploiter les intervalles, sachant qu’il compenserait au sol son (relatif) déficit dans le domaine aérien face au golgoth. « Il est très rapide et nous a causé pas mal de problèmes à partir dans le dos de nos défenseurs », a noté Frank Lampard, coach impressionné par l’attaquant des Dogues.

Premier but européen

C’est pourtant en s’élevant plus haut que l’international français, pas super bien placé au départ, que Victor Osimhen a permis à son équipe d’égaliser sur corner. Sa tête puissante, imparable, récompensait la montée en puissance de Nordistes longtemps acculés sur leur but. On jouait depuis 33 minutes, et tout semblait alors possible. Surtout avec un joueur capable de marquer à tout moment.

La suite ? Intense et un peu inégale, comme souvent avec lui. Parce qu’il évolue en pointe donc en bout de chaîne, d’abord, ce qui le rend dépendant de la capacité de ses partenaires à le trouver. Et parce que, quand ils galèrent, il prend la responsabilité de redescendre participer au jeu – sans forcément en avoir les qualités pour l’instant. Une volonté d’être acteur qui peut parfois être un peu too much.

Ce fut le cas quand, à la 71e minute, il a pris la responsabilité de conclure seul une transition lancée par les Turcs Celik et Yazici. Le tir était puissant mais l’angle fermé. Et le ballon a visité la tribune. « On s’est parfois précipité dans le dernier geste ou on n’a pas vu le partenaire mieux placé pour finir l’action », a soupiré Christophe Galtier après le match.

« Je suis impressionné »

Mais Osimhen ne lâche jamais, ce qui est sans doute un pléonasme pour un joueur qui a grandi près de la plus grande décharge d’Afrique à Lagos et dont le parcours ressemble à un film. Alors, à la 84e, c’est encore lui qui est allé seul au pressing pour prendre la balle des pieds de Tomori et s’offrir un tête à tête avec le portier des Blues. Un duel terminé le nez dans le gazon sans avoir pu tirer, la faute à une conduite de balle un peu trop imparfaite et à un gardien un peu trop réactif. Tout le stade Pierre-Mauroy s’est levé comme un seul homme pour crier sa colère, mais Kepa avait bien touché le ballon et la vidéo n’a pas contredit l’arbitre.

Avant la rencontre, Frank Lampard l’avait identifié comme la principale menace lilloise, allant jusqu’à s’intéresser à la vie du Lillois. « J’ai regardé ses performances et j’ai été impressionné, je savais que ce serait difficile de l’affronter. J’ai vu quel était son parcours, son histoire est également très belle et je pense qu’il a une fantastique carrière devant lui. »

S’il y en a un qui ne dit pas le contraire, c’est le président lillois Gérard Lopez. Assez déçu après le coup de sifflet final, il est néanmoins sous le charme de la recrue de l’intersaison. « C’est un très grand joueur, capable de faire beaucoup de choses. Pour moi, au niveau des jeunes numéros 9 en Europe, c’est le plus complet et le plus dangereux. »

Pas encore le plus tueur malheureusement, même si ce sont ses qualités face au but qui l’avaient révélé lors d’un Mondial U17 dont il avait terminé meilleur buteur. Pour un joueur qui essayait de faire sa place en Jupiler League l’an dernier, Victor Osimhen a tout de même bien et vite grandi. Et il est impliqué dans plus de deux tiers des buts du Losc depuis le début de saison…