FC Nantes : « L’apport d’Andrei est fantastique ! », Christian Gourcuff encense Girotto

FOOTBALL Nantes s’est imposé dans la douleur (1-0) contre Reims ce dimanche à la Beaujoire. Le défenseur central brésilien a rayonné pendant toute la rencontre

David Phelippeau

— 

Andrei Girotto a été impérial ce dimanche face à Reims.
Andrei Girotto a été impérial ce dimanche face à Reims. — DAMIEN MEYER / AFP
  • Le FC Nantes s’est imposé (1-0) contre Reims ce dimanche à la Beaujoire au terme d’un match très fermé.
  • Le Brésilien Andrei Girotto, reconverti défenseur central depuis quatre rencontres, a été très tranchant dans toutes ses interventions.
  • A écouter ses partenaires, ce fut le grand bonhomme de ce match.

Christian Gourcuff s’apprêterait-il à faire taire certains Girotto-sceptiques ? Ce dimanche, à la Beaujoire, les Canaris ont arraché les trois points contre Reims grâce à un but de Kalifa Coulibaly à vingt minutes de la fin. Le FC Nantes (3e de L1 après ce match) a construit son troisième succès de la saison non pas sur une attaque de feu, mais une défense de fer. Au sein de celle-ci, Andrei Girotto – reconverti depuis cet été en défenseur central aux côtés de Nicolas Pallois, a rayonné.

A la 57e, d’un tacle salvateur, il a empêché l’ouverture du score d’Oudin puis dans le temps additionnel (90e + 3), d’un geste défensif bien senti, il a contré in extremis une frappe rémoise qui aurait bien pu gâcher l’après-midi des Canaris. « Je suis content que vous l’ayez vu, estime l’entraîneur nantais Christian Gourcuff en réponse à un confrère qui a qualifié la prestation de Girotto de XXL. C’est un garçon super sérieux, il a une super mentalité. »

Gourcuff séduit d’emblée par Girotto… en défense centrale

Cet été, pour pallier le départ de Diego Carlos à Séville, la direction du FCN a beaucoup prospecté sur le marché des défenseurs centraux. Molla Wague a bien été enrôlé, mais sa première apparition, lors de la première journée, à Lille, a une nouvelle fois rappelé que le recrutement était loin d’être une science exacte. « Sur le premier match à Lille, on avait un problème de vitesse, d’anticipation et de relance », confie Gourcuff, qui sans le citer pointe du doigt les insuffisances de Wague sur cette rencontre.

A son arrivée, l’entraîneur breton a tout de suite redistribué les cartes en défense et a obligé Andrei Girotto à changer de costume en descendant d’un cran. L’infatigable milieu de terrain est alors venu prêter main-forte à Pallois faisant reculer Wague et le jeune Basila dans la hiérarchie des défenseurs centraux. Gourcuff a ainsi incité sa direction à mettre fin à sa quête de défenseur axial sur le marché. « Je ne vais pas anticiper sur le futur, mais pour moi, il correspond davantage à un défenseur central qu’à un milieu de terrain, avait justifié l’entraîneur nantais fin août. D’ailleurs, quand il évoluait à ce poste, c’était plutôt une sentinelle avancée. »

Après quatre matchs à ce poste, il faut bien reconnaître que Gourcuff ne s’est pas trompé… Reste à voir sur la durée. «L’apport d’Andrei est fantastique», a lâché, tout sourire le coach. Quelques minutes après, c’est le capitaine Abdoulaye Touré qui a encensé son partenaire. «Je lui tire mon chapeau car ce n’est pas son poste de prédilection. Il a dû faire un travail sur lui-même, il nous rend service en tant que défenseur. C’est une grande surprise pour moi.» 

Pas pour Nicolas Pallois qui décèle en Girotto «un soldat»,«un bosseur», un joueur «capable de jouer à tous les postes».«Je ne suis pas surpris car quand tu le vois au milieu, il court partout…», rit Coulibaly. La saison dernière, le Brésilien de 27 ans avait d’ailleurs eu du mal à canaliser son énergie écopant de six cartons jaunes et étant expulsé à trois reprises. Des sanctions nombreuses qui lui avaient valu beaucoup de critiques.

« Un tout autre personnage sur le terrain »

Pour le moment, en défense centrale, il fait preuve de beaucoup de maîtrise. « Je veux rendre au coach la confiance qu’il m’a donnée, avoue l’intéressé. Dans la vie de tous les jours, je suis quelqu’un de calme. Sur le terrain, je suis différent. » En attestent ses poings rageurs sur ces deux interventions salvatrices. « Moi, si je dois aller à la guerre, je sais que je peux compter sur lui, complimente Touré. Il ne rechigne jamais. Dans le vestiaire ou dans la vie c’est quelqu’un de réservé, mais c’est un tout autre personnage sur le terrain. Il a du caractère et il ne se laisse jamais abattre. »