TFC: Toulouse conserve son «Cristiano Ronaldo», beaucoup de questions autour d'un mercato (presque) bouclé

FOOTBALL Qualifié de Cristiano Ronaldo du TFC par Alain Casanova, Max-Alain Gradel reste à Toulouse malgré l’intérêt de l’Arabie Saoudite. Quasiment terminé, le mercato toulousain a consisté à beaucoup dégraisser, pour un recrutement ciblé au rendement incertain.

Nicolas Stival

— 

Max-Alain Gradel, le capitaine du TFC, lors du match amical chez les Anglais de Norwich, le 3 août 2019.
Max-Alain Gradel, le capitaine du TFC, lors du match amical chez les Anglais de Norwich, le 3 août 2019. — Richard Calver / Rex / Sipa
  • Le capitaine du TFC Max-Alain Gradel a confirmé ce jeudi qu’il restait à Toulouse.
  • Alain Casanova se dit satisfait d’un mercato qui a vu cinq joueurs arriver, pour 14 départs.
  • Au moment de reprendre le championnat samedi à Brest, les Violets n’affichent toutefois que peu de garanties, après plusieurs années à frôler à la relégation.

Se queda !!! Courtisé avec insistance en Arabie Saoudite, Max-Alain Gradel a décidé de rester à Toulouse, comme le capitaine du TFC l’a confirmé ce jeudi après-midi sur son compte Instagram. Quelques heures plus tôt, Alain Casanova s’était déjà félicité de conserver son meilleur joueur pour une nouvelle saison de Ligue 1, qui débutera samedi à Brest.

« C’est notre Cristiano Ronaldo, s’enflamme l'entraîneur du récent 16e de L1. C’est un très grand compétiteur. Ici, il est respecté, très aimé et très influent. » L’attaquant ivoirien de 31 ans reste donc la figure de proue d’une équipe dont la 13e place voici deux ans fait presque figure d’exploit, encadrée par des exercices plus que médiocres depuis 2014 (deux fois 17e, une fois 18e et, donc, 16e au printemps).

 

Le groupe violet a bien maigri cet été, avec 14 départs pour seulement cinq arrivées (plus le retour du milieu offensif Quentin Boisgard après un prêt réussi à Pau, en National, et le recrutement du jeune Tourangeau Florentin Bloch comme troisième gardien). Un choix délibéré selon Casanova, à la tête d’un effectif de 19 joueurs de champ « expérimentés », plus trois gardiens et un groupe élite d’une dizaine de jeunes, la plupart néoprofessionnels, qui s’entraîneront tous les jours avec les « grands ».

Toulouse a « besoin de temps »

« Offensivement, on a perdu des joueurs importants comme Jimmy Durmaz ou Firmin Mubele, même s’il jouait moins, et on a récupéré deux éléments [Koulouris et Saïd], détaille le technicien. Au milieu, on a perdu pas mal de monde [dont Cahuzac et Manu Garcia] et on a pris deux joueurs [Vainqueur et Makengo]. Derrière, deux éléments sont partis [Jullien et Moubandjé] pour une arrivée [l’Uruguayen Rogel] et un jeune que l’on a promu [Diakité]. D’autres jeunes arrivent. »

Selon « Casa », son TFC a « besoin de temps » et reste « loin du compte sur le plan du jeu », après une campagne de préparation décevante (deux victoires, un nul, trois défaites). Pourtant, il n’est plus question de bouger d’ici fin août lors du mercato, promet-il.

Le milieu John Bostock doit être prêté ce jeudi à Nottingham (Championship), puis « ce sera fini » pour les mouvements. Enfin, sauf pour le défenseur Steeve Yago, clairement hors des plans du Franco-Espagnol, et pour l’attaquant Yaya Sanogo, même si Casanova assure qu’il voit bien l’ex-Gunner rester. « Le club et surtout le président [Olivier Sadran] ont tout mis en œuvre pour qu’on ait l’équipe la plus compétitive possible. »

De nombreux points d’interrogation

Les incertitudes restent pourtant nombreuses. L’attaquant polyvalent Wesley Saïd, acheté huit millions d'euros à Dijon, va-t-il justifier son statut de recrue la plus chère de l’histoire du club ? L’avant-centre Efthymios Koulouris, muet pendant la prépa, deviendra-t-il le serial buteur tant attendu au Stadium, après ses 25 buts toutes compétitions confondues la saison dernière à Atromitos, en Grèce ?

Le jeune arrière central Agustin Rogel (21 ans), débarqué du club russe de Krylia Sovetov Samara, va-t-il composer un axe solide avec le Japonais Gen Shoji, au sein d’une arrière-garde dont le potentiel reste mystérieux ?

Après des années à éviter de se faire aspirer par le siphon de la L2, Toulouse rêve d’une saison tranquille. Reste à savoir si l’équipe s’en est donné les moyens.