Coupe du monde féminine: Les 20.000 Américains présents ont permis à Lyon de se remettre de l'élimination des Bleues

FOOTBALL Environ 20.000 supporters américains passent toute la semaine à Lyon, qui vibre donc pour la Coupe du monde de football féminin malgré la fin d'aventure précipitée de l'équipe de France

Jérémy Laugier

— 

Venu de Los Angeles avec famille et amis, Marcus profite du Mondial pour découvrir Lyon, comme ici autour de la basilique de Fourvière.
Venu de Los Angeles avec famille et amis, Marcus profite du Mondial pour découvrir Lyon, comme ici autour de la basilique de Fourvière. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • Lyon accueille depuis mardi le dénouement de la Coupe du monde de football féminin. La finale Etats-Unis – Pays-Bas va se dérouler dimanche (17 heures) au Parc OL.
  • Si la ville peut regretter l’élimination de l’équipe de France dès les quarts de finale, la présence d’environ 20.000 supporters américains dynamise de manière spectaculaire le tourisme dans la région.

« Oui, la fête est moins belle car il y a moins de drapeaux tricolores dans le stade par rapport à ce qu’on pouvait espérer. Notre ville a une vraie culture du foot féminin grâce à l’OL et elle se serait autant mobilisée pour les Bleues qu’elle ne l’a fait pour les garçons durant l’Euro 2016. » Adjoint au maire de Lyon délégué aux sports, grands événements et tourisme, Yann Cucherat ne cherche pas à nier les conséquences négatives de l’élimination prématurée de l’équipe de France de son Mondial.

Sans surprise, on ne ressent pas une véritable ferveur populaire française à Lyon cette semaine. Envisagé au stade de Gerland en cas de qualification des Bleues pour la finale de dimanche (17 heures), l’écran géant a été annulé. Pour autant, l’épilogue lyonnais de cette Coupe du monde, avec les deux demies et la finale au Parc OL, est tout sauf un fiasco. Sur les deux premières affiches, l’affluence moyenne a été de 51.000 spectateurs à Décines, soit un remplissage de plus de 85 % de l’enceinte.

Le portrait géant d'Amandine Henry, au niveau du village Fifa de la place Bellecour, est l'une des seules traces du Mondial des Bleues, cette semaine à Lyon.
Le portrait géant d'Amandine Henry, au niveau du village Fifa de la place Bellecour, est l'une des seules traces du Mondial des Bleues, cette semaine à Lyon. - Jérémy Laugier/20 Minutes

10.000 dollars dépensés pour Marcus et sa famille

De même, le village Fifa installé place Bellecour a vu passer environ 15.000 visiteurs mardi, jour de la mémorable demie entre Angleterre et Etats-Unis (1-2). Des maillots d’Alex Morgan, Megan Rapinoe ou encore de la légende du soccer US Mia Hamm sont absolument partout entre Saône et Rhône cette semaine. Venu de Los Angeles pour le quart de finale contre la France à Paris (2-1) puis pour la demie à Lyon avec son épouse et ses deux enfants, Marcus (47 ans) porte par exemple fièrement tenue et drapeau américain durant sa balade sur la colline de Fourvière (Lyon Ve).

« C’est notre premier gros voyage pour du football féminin, et vu l’ambiance familiale, c’est idéal pour nous, explique-t-il. L’atmosphère est époustouflante ici. Si le baseball, le foot US et le basket passent devant chez les hommes, le soccer est vraiment le sport roi pour les filles aux Etats-Unis. » Au total, Marcus et ses proches dépensent environ 10.000 dollars pour une semaine « de vacances spéciales » programmées six mois plus tôt.

Plus d'un tiers des spectateurs d'Angleterre - Etats-Unis étaient américains, mardi au Parc OL.
Plus d'un tiers des spectateurs d'Angleterre - Etats-Unis étaient américains, mardi au Parc OL. - Javier Garcia/BPI/REX/SIPA

« Donner envie à tous ces supporters de revenir à Lyon »

Après avoir déjà assisté à des rencontres du Mondial 2015 au Canada, la New-Yorkaise Meredith (34 ans) n’a pas hésité non plus à investir 2.000 dollars pour vivre en live les deux demies et la finale avec son amie Jules. Et accessoirement venir visiter pour la première fois de sa vie la France. « Tout le monde sait aux Etats-Unis que les filles sont meilleures que les gars au soccer, sourit-elle. Une joueuse comme Megan Rapinoe est une figure médiatique absolument incontournable chez nous, même quand on ne s’intéresse pas trop au sport. » Comme Meredith et Jules, environ 14.000 supporters américains se sont rués (avec succès), dès octobre 2018, sur les packs trois matchs.

Près de 20.000 Américains passent même par Lyon cette semaine à l’occasion de la Coupe du monde, avec dans le viseur une quatrième étoile en cas de succès contre les Pays-Bas dimanche. « On recherche justement des candidatures pour pareille compétition sportive afin de montrer Lyon au monde entier, et donner envie à tous ces supporters de revenir », indique Yann Cucherat.

Avec la France encore en lice, « il y aurait eu une intensité supplémentaire »

Directeur d’OnlyLyon Tourisme et Congrès, François Gaillard n’a pas mis longtemps à apprécier cette clientèle ayant traversé l’Atlantique en nombre : « C’est sans doute le plus bel événement qu’on ait organisé à Lyon. La ville est remplie d’Américains à fort pouvoir d’achat. Ils viennent profiter de la France en famille et multiplient les visites culturelles, jusqu’à des tours de découverte dans le Beaujolais. On a plus que doublé les visites proposées en anglais dans la région par rapport à la même période en 2018. » Deuxième clientèle étrangère ayant le plus visité Lyon l’an passé (après les Anglais), les Américains valident donc pleinement « le coup de pub phénoménal dont bénéficie une ville hôte d’un rendez-vous mondial », tel que l’imaginait François Gaillard. Le président de la Métropole de Lyon David Kimelfeld revient sur la portée de ce rendez-vous majeur, même sans les Bleues.

Il y aurait eu une intensité supplémentaire dans la ville si la France était encore qualifiée. Mais il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur. Le phénomène le plus important est de contribuer à l’accélération du football féminin. »

Dimanche au Parc OL, vous croiserez peut-être la famille de la star américaine Alex Morgan, venue de Californie… à 37 !

Les 37 membres de la famille d'Alex Morgan présents à Lyon portaient tous le même tee-shirt personnalisé, mardi soir au Parc OL.
Les 37 membres de la famille d'Alex Morgan présents à Lyon portaient tous le même tee-shirt personnalisé, mardi soir au Parc OL. - Jérémy Laugier/20 Minutes

Le père de l’ancienne attaquante de l’OL, Mike Morgan, a édité des tee-shirts pour l’occasion, avec écrit, en français dans le texte : « Les femmes sont le futur ». Yann Cucherat confirme : « Il faut comprendre que nous sommes face à un enjeu de société qui passe bien au-dessus des nationalités présentes ou non dans le dernier carré à Lyon ».