«Fondamentalement, c'est une bonne personne»... Djokovic pardonne Kyrgios pour ses propos incendiaires

TENNIS Novak Djokovic en mode grand seigneur au moment d'évoquer le cas Kyrgios

W.P, avec AFP

— 

Novak Djokovic a de l'amour à donner à son prochain, même si celui-ci s'appelle Nick Kyrgios
Novak Djokovic a de l'amour à donner à son prochain, même si celui-ci s'appelle Nick Kyrgios — Susan Mullane / USA Today Sports / Sipa

Novak Djokovic, dans sa plus grande mansuétude. Le numéro 1 mondial est revenu avec bienveillance sur des propos tenus par Nick Kyrgios à son égard il y a plusieurs semaines. L’Australien n’avait pas été tendre avec lui. Petit rappel :

« Il a une obsession maladive avec le besoin d’être aimé. Il veut être Roger (Federer, ndlr). Il veut être tellement aimé que je n’arrive pas à supporter ça. Ça en devient embarrassant. […] Peu importe le nombre de Grands Chelems​ qu’il remportera, il ne sera jamais le plus grand pour moi. Tout simplement parce que je l’ai affronté deux fois et, désolé, si tu ne peux pas me battre, tu n’es pas le plus grand de l’histoire. »

« C’est sa manière de communiquer »

Des mots durs, mais les punchlines n’étaient pas suffisamment aiguisées pour transpercer la carapace de Nole, qui a fait preuve d’une certaine empathie dans sa réponse. « Je pense que fondamentalement, c’est une bonne personne. Je ne sais pas pourquoi il a dit toutes ces choses-là. Veut-il attirer l’attention ? Veut-il se singulariser ? », a déclaré devant la presse Djokovic, qui prépare à Belgrade la défense de son titre à Wimbledon. « En tout cas, ça ne hante pas mes nuits ».

« Il veut apparemment être entier, ouvert, transparent, ça fait partie de son caractère », a poursuivi Djokovic. « Me montre-t-il du respect comme le font les autres ? Non, il n’en montre pas. C’est sa manière de communiquer. Je ne comprends pas quelles sont ses motivations. Mais je le respecte. »