Mercato OL: Pourquoi la situation s'enlise-t-elle entre Anthony Lopes et son club de toujours?

FOOTBALL Jean-Michel Aulas a évoqué mardi la situation de son gardien Anthony Lopes, qui n'a toujours pas prolongé à l'OL, à un an de la fin de son contrat

Jérémy Laugier

— 

Anthony Lopes, ici lors d'une victoire de l'OL en février contre le PSG.
Anthony Lopes, ici lors d'une victoire de l'OL en février contre le PSG. — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • Jean-Michel Aulas a fait un point complet sur la situation actuelle du mercato estival de l’OL mardi.
  • Le président lyonnais regrette notamment qu’aucun accord n’ait encore été trouvé entre le club et les agents d’Anthony Lopes.
  • Sous contrat jusqu’en 2020, le gardien international portugais semble peu à peu se diriger vers un départ de son club formateur.

Même lorsqu’il organise une conférence de presse pour présenter le nouvel entraîneur de son équipe féminine (Jean-Luc Vasseur), Jean-Michel Aulas ne se dérobe jamais face à des questions mercato concernant les garçons. Et le président de l’OL a notamment de quoi être tracassé par le statu quo concernant son gardien Anthony Lopes. Auteur de sa saison la plus régulière dans l’élite et en fin de contrat en juin 2020, l’international portugais n’a pas encore accepté de prolongation de contrat de la part de son club formateur.

« J’ai reçu une deuxième fois ses agents, sans Anthony, a expliqué JMA mardi. Leurs exigences ne sont pas cohérentes avec ce qu’il se passe sur le marché européen. Je n’ai pas fait de proposition supplémentaire. Nous sommes attachés à Anthony Lopes, qui est un très bon gardien, mais aussi à ce qu’il y ait une cohérence dans la maison. »

Les propositions faites pour Tanguy Ndombele « ne correspondent pas »

Si le gardien roumain du FC Nantes Ciprian Tatarusanu s’est engagé la semaine passée à Lyon, plutôt en tant que doublure d’Anthony Lopes, la situation pourrait bien être chamboulée cet été. Car l’OL ne compte pas le voir partir libre en 2020, et cette icône des virages semble s’éloigner de plus en plus du club. « S’il ne résignait pas, on serait très malheureux, poursuit Jean-Michel Aulas. Et dans ce cas-là, comme pour tous les joueurs qui sont à un an de la fin de leur contrat, on souhaiterait qu’il soit transféré. Pour le moment, je n’ai aucune demande le concernant. »

Les demandes ne manquent pas en revanche pour son coéquipier Tanguy Ndombele, dont l’éventuelle indemnité de transfert devrait dépasser celle de Ferland Mendy, parti au Real Madrid il y a une semaine pour 48 millions d’euros (et 5 millions d’euros de bonus). « Si vous voyez un très bon jeune milieu box to box s’engager chez nous, il y aura peut-être des chances pour que Tanguy s’en aille, sourit JMA. Mais pour le moment, il n’y a rien de décidé. Les nombreuses propositions qui nous ont été faites ne correspondent pas du tout à ce que j’attends. »

Le Brésilien Filipe Luis « intéresse beaucoup » l’OL

Ça sent donc bon le feuilleton pour le milieu relayeur des Bleus, qui a le profil pour être l’autre départ majeur de l’été accepté par le club en plus de Ferland Mendy, et de Nabil Fekir, pour qui « la porte est entrouverte ». Mais l’OL n’a jusque-là « pas de proposition » à en croire son président. Celui-ci est par contre confiant sur le cas du prometteur et très sollicité Rayan Cherki (15 ans). « Nous sommes partis d’un peu loin mais on n’a jamais été aussi proche d’un accord, annonce JMA. J’ai confiance dans la maman et le papa de Rayan. »

Dans le sens des arrivées, la piste du latéral brésilien de l’Atlético de Madrid, Filipe Luis (33 ans), évoquée par plusieurs médias, est bien dans l’air. « On est assez loin [d’un accord] car il veut attendre la fin de la Copa America pour prendre sa décision. Nous sommes pressés mais il fait partie des joueurs qui nous intéressent beaucoup. » La succession de Ferland Mendy sera en effet l’une des priorités lyonnaises, tout comme le recrutement d’un défenseur central, d’un milieu défensif, et donc peut-être d’un gardien.