Ferland Mendy au Real Madrid: «La vitesse de son parcours est surprenante, pas la trajectoire», estime Moukoudi

INTERVIEW Le latéral lyonnais Ferland Mendy vient de s'engager avec le Real Madrid pour 48 millions d'euros. Son ancien coéquipier au Havre Harold Moukoudi décrypte sa folle ascension en trois ans

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Ici à la lutte avec le défenseur catalan Gerard Piqué, Ferland Mendy a disputé son dernier match de Ligue des champions sous le maillot lyonnais en mars au Camp Nou.
Ici à la lutte avec le défenseur catalan Gerard Piqué, Ferland Mendy a disputé son dernier match de Ligue des champions sous le maillot lyonnais en mars au Camp Nou. — LLUIS GENE / AFP
  • En rejoignant le Real Madrid pour 48 millions d’euros (hors bonus) mercredi soir, l'international tricolore Ferland Mendy est le premier énorme transfert de l’OL cette année.
  • Encore en équipe réserve au Havre (4e division) en 2016, le latéral gauche de 24 ans va donc changer de monde cet été.
  • Le nouveau défenseur de l’ASSE Harold Moukoudi décrypte pour 20 Minutes la réussite de son ex-coéquipier havrais (de 2014 à 2017).

En 2016, Ferland Mendy a conclu une saison au Havre davantage vécue avec la réserve (en 4e division) qu’en Ligue 2 (11 apparitions). Trois ans plus tard, le voici devenu un joueur du Real Madrid pour un transfert colossal estimé à 48 millions d’euros (hors bonus) et officialisé mercredi soir. Harold Moukoudi (ASSE), qui a côtoyé le jeune défenseur lyonnais (24 ans samedi) au HAC de 2014 à 2017, revient sur cette folle trajectoire pour 20 Minutes.

Quelle a été votre première réaction lorsque vous avez découvert que Ferland Mendy était sur le point de s’engager au Real Madrid ?

J’étais avant tout très content pour lui. Le Real Madrid est l’un des plus grands clubs du monde. Mais au vu du potentiel du joueur, ça ne me choque pas. Il vient d’être élu deux fois de suite meilleur latéral gauche de Ligue 1, ça montre sa régularité au haut niveau.

Il y a trois ans, vous étiez encore coéquipiers en National 2 au Havre…

Ah oui, à ce moment-là, le Real Madrid était encore très loin ! La vitesse de son parcours pour arriver tout en haut est évidemment surprenante, mais pas la trajectoire. Même à cette époque, on connaissait tous le potentiel monstre du joueur. Il était clairement au-dessus du lot avec la réserve, puis pareil lorsqu’il a été lancé en Ligue 2. On sentait donc bien qu’il pouvait viser encore plus haut que la Ligue 1.

Comment expliquez-vous qu’il ne se soit imposé dans le monde professionnel qu’à 21 ans ?

C’est uniquement lié à sa grave blessure à l’âge de 14 ans [une arthrite à la hanche durant son passage au PSG]. A partir de là, c’était compliqué pour lui de réaliser une grande carrière. Il nous parlait très peu de cette période mais se relever de cela n’a pu que le booster. Avec nous, il a toujours été très sûr de lui, calme mais avec une grande confiance dans sa réussite. Ferland a percé au Havre mais il l’aurait fait dans n’importe quel autre club à ce moment-là.

Contrairement à de nombreux gauchers exclusifs, Ferland Mendy a un épatant pied droit…

C’est ce qui m’a toujours le plus choqué chez lui (sourire). Il se sortait souvent de situations mal embarquées pour trouver de bonnes passes ou même pour aller au bout et enrouler avec ce pied droit. Ça surprend forcément l’adversaire, car déjà voir un gaucher faire ça du droit… Mais en plus un défenseur ! C’est tellement devenu une arme que même quand il avait deux joueurs sur lui, on savait qu’il trouverait une solution. En fait, je ne l’ai quasiment jamais vu frapper avec son pied gauche.

Comment jugez-vous ses deux saisons lyonnaises ?

J’ai regardé beaucoup de ses matchs et dans le fond, j’ai retrouvé le même Ferland qu’au Havre, mais avec une progression monstre dans tous les secteurs. Il s’est surtout amélioré dans les retours défensifs, même s’il a encore un peu de progrès à faire dans la concentration. J’ai remarqué que plus les matchs étaient compliqués et plus Ferland était fort, comme en Ligue des champions ou contre le PSG.

Comment l’imaginez-vous s'intégrer dans un club aussi prestigieux que le Real Madrid ?

Ferland est spontané mais réfléchi. Il est assez intelligent pour arriver dans un tel groupe avec l’envie d’apprendre beaucoup de choses auprès de grands joueurs. Il sera respectueux des plus expérimentés, mais toujours en étant sûr de ses capacités. Perso, je n’ai aucun doute sur le fait qu’il se mette très vite au niveau, c’est un top joueur. Je serai très attentif devant ses premiers matchs. Quand j’y pense, ça a quand même dû être impressionnant pour lui de recevoir un appel de Zinédine Zidane.