Roland-Garros: Plus vieux quart-de-finaliste à Paris depuis 1971, Roger Federer se sent «très frais»

TENNIS Roger Federer n’a pas souffert pour écarter l’Argentin Leonardo Mayer en trois sets ce dimanche, et accéder aux quarts de finale de Roland-Garros

Nicolas Stival

— 

Malgré la chaleur écrasante, Roger Federer a à peine transpiré pour éliminer l'Argentin Leonardo Mayer, en huitièmes de finales de Roland-Garros
Malgré la chaleur écrasante, Roger Federer a à peine transpiré pour éliminer l'Argentin Leonardo Mayer, en huitièmes de finales de Roland-Garros — Kazuki Wakasugi / AP / Sipa

A Roland-Garros,

Vous connaissez Istvan Gulyas ? Ce tennisman hongrois a atteint les quarts de finale de Roland-Garros en 1971 à l’âge de 39 ans. Il faut donc remonter au début de l’ère Pompidou pour trouver trace d’un joueur plus vieux que Roger Federer au moment de monter dans le grand huit, Porte d’Auteuil.

Le toujours impeccable Suisse de 37 ans n’a pas perdu un set depuis le début du tournoi. On pouvait craindre pour son organisme en ce dimanche de grande chaleur (plus de 30 °C) ? Federer n’aura passé qu’1 h 42 sur le Chatrier. Le temps d'atomiser l'Argentin Leonardo Mayer visiblement fatigué, lui, et vite résigné (6-2, 6-3, 6-3).

A peine le temps de se coiffer la mèche, et le roi Rodgeur a passé près d’une demi-heure en salle de presse. « Vous être frais », lui a-t-il été demandé. « Très frais même. Honnêtement, ça s’est très bien passé jusqu’à présent. Mon niveau de jeu est bon. Beaucoup de joueurs arrivent au troisième, quatrième ou cinquième matchs en étant cassé. Ce n’est pas mon cas. »

A peine une balle de set concédée

Avant sa promenade dominicale contre le bourreau de Nico Mahut, le numéro 3 mondial avait balayé l’Italien Sonego puis l’Allemand Otte. Il avait à peine plus souffert au troisième tour contre le jeune Norvégien Ruud, qui s’était même procuré, en vain, une balle de set lors de la troisième manche.

Mardi, Federer affrontera son compatriote Stanislas Wawrinka le vainqueur du grand combat contre  la merveille grecque Stefanos Tsitsipas. Cette fois, son capital fraîcheur devrait être sérieusement entamé. Celui de son adversaire l’est déjà, après les 5 heures et 9 minutes passées sur le court ce dimanche.