Le Roland de Roger (jour 4): «On t’aime Rodgeur», «Laisse-lui une chance»… Un match de Federer, cette incroyable expérience auditive

TENNIS Pendant toute la quinzaine (enfin, s’il va au bout), « 20 Minutes » vous fait vivre au jour le jour le tournoi de la légende Roger Federer

Nicolas Stival

— 

Roger Federer bénit ses fidèles sur le court Philippe-Chatrier.
Roger Federer bénit ses fidèles sur le court Philippe-Chatrier. — Stephen Bartholomew / IPS / Rex / Sipa
  • Roger Federer est de retour à Roland-Garros après quatre ans d’absence.
  • A 37 ans, il s’agit peut-être de sa dernière apparition Porte d’Auteuil.
  • « 20 Minutes » a décidé de suivre le tournoi du Suisse au jour le jour.

A Roland-Garros,

Pendant toute la quinzaine (enfin, s’il va au bout), les envoyés spéciaux de 20 Minutes vous font vivre au jour le jour le tournoi de la légende Roger Federer. Entraînements, conférences de presse, entourage, nos envoyés spéciaux Porte d’Auteuil vous offrent les coulisses de ce qui pourrait bien être le dernier Roland de Roger. Aujourd’hui, immersion auditive dans un match du Maître.

Assister pour la première fois à un match de Roger Federer, qui plus est sur le central de Roland-Garros, c’est vivre une expérience auditive inédite. Dans n’importe quel sport, lorsque deux étrangers s’affrontent, le public neutre prend parti pour le petit, le sans-grade, celui qui souffre ou s’apprête à souffrir. Pas quand c’est l’icône du tennis qui joue à Paris.

Et tant pis s’il ne s’agit que d’un deuxième tour, contre un « lucky loser » de 25 ans, 144e à l’ATP, dont 90 % du public a découvert l’existence au moment de s’installer dans les tribunes du Philippe-Chatrier. « C’était la première fois sur un grand court, contre Roger Federer et je ne savais pas à quoi m’attendre, avoue Oscar Otte, la victime du jour. C’était un match difficile. Quand vous réussissez un bon coup, il n’y a pas trop de gens qui applaudissent. Alors que quand c’est Roger… »

Oscar Otte, l'homme que 15.000 personnes étaient venues voir souffrir.
Oscar Otte, l'homme que 15.000 personnes étaient venues voir souffrir. - Stephen Bartholomew / IPS / Rex / Sipa

On se met à la place du pauvre Oscar, seul dans cette immense arène, face au prophète suisse et à près de 15.000 de ses adeptes. Entre les jeux, entre chaque point, avant et pendant les 1h36 du match (6-4, 6-3, 6-4), la même orgie d’encouragements pour le meilleur joueur de l’Histoire. On omet volontairement l’unique « Allez Oscar ! » en toute fin du match, qui oscillait entre pitié et ironie.

Et tout d’un coup, jaillit un impromptu « laisse-lui une chance ! »

Tout en haut du palmarès donc, les tubes « Rodgeur, Rodgeur ! » et « Allez Rodgeur ! », aussi entêtants qu’un tube de l'été chanté par un groupe moldave. Loin devant les plus rares « Rodgeur t’es le meilleur ! » ou « On t’aime, Rodgeur ! ». Malgré sa cruauté, on avoue avoir souri devant le « laisse-lui une chance », lâché en début de troisième set. Et vibré lors de l’énorme ovation lancée avant ce que tout le public pressentait, à raison, comme le dernier jeu du match.

On passera par pudeur sur la « ola » déclenchée juste auparavant, à peu près aussi trépidante qu’un clapping à la fin d’un match de National.

Une fois le match terminé, sur une merveille de volée amortie, ce n’était pas fini. Car on l’ignorait, mais le show « Federer Porte d’Auteuil » inclut un stand-up de l’homme que Roland-Garros n'avait plus vu depuis 2015 et qu’il a longtemps cru ne plus revoir. Avec de l’émotion d’abord, au micro de Marion Bartoli venue boire les paroles du divin Roger : « Ce n’était pas le meilleur match de ma vie, mais vous étiez là. Vous m’avez manqué aussi ».

De l’humour ensuite, lorsque le patriarche de 37 ans explique sur un ton badin qu’il n’a « pas toujours bien vu la balle », parce qu’il est « super vieux ». Rires et tonnerre d’applaudissements garantis devant une assistance conquise, un peu comme quand les Chevaliers du Fiel se produisent à Toulouse.

Un dernier mot sur les « super restos » de Paris, suivi d’un bien senti « J’espère rester un moment ici », et l’affaire est dans le sac. La prochaine représentation du magicien suisse est programmée vendredi. Une nouvelle fois, 15.000 personnes la vivront comme si c’était la dernière.